Archives du blog

20% des taxes de séjour collectées par Airbnb bénéficient à des communes de moins de 3 500 habitants @airbnb_fr ‏

Source : Airbnb

Le montant collecté en France a plus que doublé par rapport à l’année 2018. Près de 20% de ces recettes bénéficient à des communes de moins de 3 500 habitants

Fin décembre, Airbnb a reversé 58 millions d’euros de taxe de séjour aux villes françaises, pour l’année 2019*. Ainsi le montant reversé aux collectivités par Airbnb a doublé par rapport à l’année passée (24 millions d’euros). Ces ressources supplémentaires pourront être investies par les villes et les offices du tourisme dans des projets touristiques pour développer l’économie locale et l’attractivité.

Pour l’année 2019, les trois collectivités ayant reçu les plus importants montants de taxe de séjour de la part d’Airbnb sont la ville de Paris (15,3M€),  ainsi que les métropoles de Marseille (2,3M€) et Nice (1,8M€)…Lire la suite

Un décret exclut définitivement les chambres d'hôtes des obligations et limites des meublés de tourisme @BanqueDesTerr

Source : Banque des Territoires

Un décret du 9 décembre 2019 établit définitivement la distinction entre les meublés de tourisme – à l’image de ceux proposés en ligne par des plateformes comme Airbnb ou Abritel – et les chambres d’hôtes.

Pour cela, il met en cohérence les dispositions réglementaires du code du tourisme relatives à la définition et aux modalités de déclaration des meublés de tourisme par téléservice, avec les dispositions issues de la loi Elan (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) du 23 novembre 2018. L’article 145 de cette dernière – qui a modifié l’article L.324-1-1 du code du tourisme – définit en effet les meublés de tourisme comme « des villas, appartements ou studios meublés, à l’usage exclusif du locataire, offerts à la location à une clientèle de passage qui n’y élit pas domicile et qui y effectue un séjour caractérisé par une location à la journée, à la semaine ou au mois ». Cette définition – et notamment l’expression « à l’usage exclusif du locataire » – exclut a priori les chambres d’hôtes. Le principe de ces dernières veut en effet que l’hôte, autrement dit le propriétaire de la maison, soit présent pour s’occuper de ses visiteurs.

En savoir plus

Non à la sous-location touristique des logements sociaux @UnionHlm

Source : Union Sociale pour l’Habitat

Le courrier adressé par le Mouvement Hlm aux trois principales plateformes de location (Airbnb, Le Bon Coin et PAP) n’est pas une révolution. Il ne fait que rappeler à ces plateformes de location de logements touristiques ce que dit la loi, à savoir que la sous-location de logements locatifs sociaux est interdite, sauf cas des accueillants familiaux, et que cette pratique fait encourir aux locataires une peine d’amende de 9 000 € et la résiliation de leur bail.

Il ne s’agit pas pour nous de punir mais bien d’informer et de responsabiliser. Ce que le Mouvement Hlm pointe du doigt, c’est le manque d’information et d’alerte des plateformes de location concernant les lois en vigueur qui encadrent clairement la location de logements locatifs sociaux. Nous demandons que ces précisions figurent visiblement sur ces sites de location et que les locataires confirment que le logement qu’ils mettent en sous-location n’est pas un logement social.

Mais il s’agit également pour nous, de rappeler à ces plateformes, aux locataires et aux pouvoirs publics que le logement social n’est pas un bien comme les autres, et en aucun cas une marchandise qui peut être l’objet d’un commerce lucratif.

Lire la suite

Les maires pourraient être autorisé à limiter à 60 jours les locations touristiques meublées @BanqueDesTerr @localtis

Source : Banque des Territoires

Le Sénat a adopté un amendement inspiré par la ville de Paris visant à permettre aux communes de ramener de 120 à 60 jours la durée annuelle maximale de location de meublés touristiques sur les plateformes de type Airbnb.

À l’occasion de l’examen, en première lecture, du projet de loi relatif à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique, le Sénat a adopté, le 16 octobre, un amendement permettant aux communes de ramener de 120 à 60 jours par an la durée maximale annuelle d’une location touristique meublée, autrement dit des logements proposés en location sur des sites comme Airbnb ou Abritel. Plus précisément, l’amendement adopté modifie l’article L.324-1-1 du code du tourisme, en prévoyant que « la commune peut décider par délibération de fixer une limite inférieure à 120 jours, qui ne peut être inférieure à 60 jours au cours d’une même année civile ».

En savoir plus

Airbnb : 8,5 millions de Français utilisateurs cet été @airbnb_fr ‏

Source : Airbnb

La célèbre plateforme Airbnb ne cesse de prendre de l’ampleur. En effet 8,5 millions de Français l’ont utilisé du 1er juin au 31 août pour leur hébergement de vacances. Deux millions d’entre eux ont choisi Airbnb pour la première fois pour réserver leurs séjours de vacances à travers le monde.

Cet été les Français ont encore une fois choisi la France : 60% des voyageurs Français ont ainsi (re)découvert l’Hexagone et les richesses de ses territoires avec Airbnb. Les régions qu’ils ont le plus plébiscitées sont les suivantes : 

  1. Provence-Alpes-Côte-d’Azur
  2. Nouvelle-Aquitaine
  3. Occitanie
  4. Auvergne-Rhône-Alpes
  5. Bretagne

De nombreux voyageurs français ont d’ailleurs privilégié des vacances près de chez eux, l’occasion de profiter de la diversité de notre patrimoine touristique sans les contraintes d’un long voyage. Ainsi près d’un million de Français ont séjourné dans leur propre région cet été avec Airbnb. Les champions du voyage de proximité cet été en France sont les voyageurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, suivis par ceux de Nouvelle-Aquitaine, d’Occitanie, de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et d’Ile de France.

Les voyageurs de l’Hexagone qui ne sont pas restés en France ont favorisé les pays voisins comme lieu de villégiature, notamment l’Espagne, l’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni…Lire la suite…