SPACE 2018 : RDV du 11 au 14 septembre 2018 @SPACERennes

  Source : CCI

SPACE, le Salon international de l’élevage pour toutes les productions animale : secteur bovin (lait et viande), avicole, porcin, cunicole, ovin, caprin et aquacole se déroulera du 11 au 14 septembre 2018.

Après la crise sévère qu’a connue le monde ces dernières années, les perspectives économiques se sont enfin améliorées. Aujourd’hui, aussi bien les pays développés que les marchés émergents offrent des perspectives économiques plus prometteuses à moyen terme.

Mais la croissance économique actuelle est-elle durable ?
De quels ordres de grandeur parle-t-on ?
Quelles sont les régions ou pays sur lesquels ces opportunités sont les plus favorables ?
Et enfin, quelles conséquences pour les secteurs agro-alimentaires ?

… en savoir plus sur la conférence du mercredi 12 septembre

   Retrouvez l’équipe Arkea Banque Entreprises et Institutionnels sur le stand du Crédit Mutuel de Bretagne (Hall 5 -Allée B44)

 

Bientôt le Congrès de l’AdCF, rendez-vous des communautés et des métropoles @l_AdCF @DeauvilleFr

Source : AdCF

Cette année se déroulera la 29e édition du Congrès de l’AdCF, l’Assemblée des Communautés de France.
Ce rendez-vous incontournable des communautés et des métropoles aura lieu du 3 au 5 octobre 2018, au Centre international de Deauville.

29e congrès ADCF

Cette nouvelle édition de la convention de l’AdCF sera consacrée aux nouvelles relations des intercommunalités avec leurs communes, avec les citoyens, les acteurs économiques locaux, le tissu associatif, les agriculteurs…

Voici un aperçu du programme :
Mercredi 3 octobre 2018
AdCF
15h-18h Assemblée générale
19h-22h Cocktail dinatoire, Pôle international du cheval (Saint Arnoult)
ADGCF
15h-18h AG
19h30-22h30 Cocktail dinatoire

Jeudi 4 octobre 2018
10h-13h : Plénière d’ouverture
13h15-14h15 : Déjeuner d’ouverture
14h30-16h30 : 6 forums et 2 points infos juridiques
17h-18h30 : Rendez-vous régionaux
20h-23h : Dîner Deauville & le cinéma américain (Centre international de Deauville)

Cliquez ici pour consulter la suite…

Lire aussi :

La Maison du Cil : le rapport annuel 2017 publié @LaMaisonDuCIL @ActionLogement

Source : La Maison du Cil

La Maison du Cil, membre du Groupe Action Logement, est le 1er bailleur social de l’Aisne et le 2e bailleur social de Picardie. Découvrez dès maintenant son rapport d’activité de l’année 2017.

Résultat de recherche d'images pour "maison du cil"

L’année 2018 sera une année de transition durant laquelle va se mettre en place le nouveau modèle du logement social : loi Elan, feuilles de route d’Action Logement, rapprochement des organismes du logement social.

À l’aune de la réforme du logement social engagée par le gouvernement, il est apparu stratégique aux gouvernances de La Maison du CIL et de Logivam de structurer leurs territoires d’action autour d’une entité de taille significative, solide financièrement et à même de répondre aux enjeux immobiliers du Groupe Action Logement et de l’État.

La coopération entre les deux sociétés picardes bénéficie d’une grande maturité. Depuis 20 ans, La Maison du CIL et Logivam développent de multiples partenariats et synergies sur le territoire de l’Aisne et de l’Île-de-France, et ont poursuivi année après année la mise en place d’une gestion commune de patrimoine et de projets.

Lire la suite…

Lire également :

Bouygues Construction et Colas finalisent l’acquisition de Alpiq Engineering Services @Bouygues_C @GroupeColas

Source : Bouygues Construction

Bouygues Construction et Colas finalisent l’acquisition de Alpiq Engineering Services, acteur suisse majeur de l’énergie, des services industriels et des infrastructures ferroviaires.

bouygues

Après avoir obtenu l’aval des autorités de concurrence européenne et suisse, Bouygues Construction et Colas Rail, filiale ferroviaire de Colas, ont réalisé, le 31 juillet 2018, le closing de l’acquisition de la totalité des titres de Alpiq InTec AG (Zurich) et Kraftanlagen München GmbH (Munich), dont les activités étaient regroupées au sein de Alpiq Engineering Services. Bouygues Construction et Colas Rail avaient été retenues, le 26 mars 2018, par le Groupe Alpiq pour le rachat de ces activités.

Alpiq InTec et Kraftanlagen München sont spécialisées dans les activités de services multi-techniques pour le bâtiment et pour les infrastructures d’énergie, industrielles et de transport. L’ensemble de ces activités regroupe près de 7 650 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 1,7 milliard de francs suisses en 2017, essentiellement en Suisse (57 %), en Allemagne (24 %) et en Italie (12 %).

Cette acquisition positionne Bouygues Construction comme un acteur majeur de l’énergie et des services en Europe et s’inscrit ainsi pleinement dans sa stratégie de développement sur ce marché porteur.

En savoir plus…

Lire également :

Métro Parisien : retour 100 ans en arrière… @GdParisExpress

Source : Grand Paris Express

Un siècle avant le Grand Paris Express, nous vivions la construction du 1er métro parisien. Comment s’est-il construit ? Comment cela a évolué ? Quelles étaient les méthodes d’autrefois ? Toutes les réponses ci-dessous…

Logo_grand_paris_express_2016.svg

Première méthode : le bouclier
Si la construction du métro a tant perturbé la vie des Parisiens de l’époque, c’est d’abord en raison de la méthode de construction. Au XXIème siècle, le Grand Paris Express se construit à 90% en souterrain grâce à des tunneliers qui évoluent à environ 40 mètres en sous-sol, limitant au maximum les perturbations en milieu urbain.

Deuxième méthode : les galeries boisées
Ayant renoncé au bouclier, les ingénieurs devaient néanmoins prévoir de creuser en profondeur. On se rabattait sur le système traditionnel de tranchées couvertes, soutenues par des boisements. C’est la technique, vieille comme le monde, des galeries de mines. Le creusement se fait à la main, à la pioche ou à la pelle avec d’énormes poutres qui étayent les galeries, comme sous le canal Saint-Martin.

Troisième méthode : les constructions à ciel ouvert
Pour des raisons d’économies, une grande partie des tronçons a été construite le plus près possible de la surface : à seulement une dizaine de mètres de profondeur (contre environ 40 mètres pour le Grand Paris Express). Certaines artères se sont vu éventrées pour que les chantiers se déroulent à ciel ouvert.

Lire la suite de l’article…

Lire aussi :