Archives de Catégorie: Habitat

Grand Paris : découvrez le prix immobilier dans 65 villes d’Île-de-France ! @SeLoger

Grand Paris : découvrez le prix immobilier dans 65 villes d’Île-de-France !

Source : Se Loger

Les villes du Grand Paris à moins de 3 000 €/m²

L’influence du Grand Paris Express sur le marché de l’immobilier francilien est incontestable. Pour autant, ce ne sont pas 100 % des communes de la couronne parisienne qui voient leurs prix augmenter et il reste des villes où les logements restent accessibles. D’après les chiffres récoltés par SeLoger, le prix du m² reste sous la barre des 3 000 € dans 14 des villes d’IDF sélectionnées. Acheter un appartement dans l’ancien vous coûtera même moins de 2 500 € du m² si vous jetez votre dévolu sur Évry, Sarcelles, Garges-lès-Gonesse, Mantes-la-Jolie, Corbeil-Essonnes et Sevran. En revanche, tout comme à Savigny-sur-Orge, le prix au m² à Cergy avoisine les 3 000 €.

Top 5 des villes d’IDF où les prix ne dépassent pas 3 000 €/m²

Ville

Prix au m²

Évolution*

Savigny-sur-Orge

2 957 €

0 %

Cergy

2 950 €

+ 5 %

La Courneuve

2 865 €

+ 5 %

Stains

2 861 €

+ 2 %

Épinay-sur-Seine

2 685 €

0 %

*Sur les mois de mars, avril et mai 2019

Bon à savoir

Sur les mois de mars, avril et mai derniers, le prix du m² a progressé de 5 % à Melun et de 10 % à Villepinte ! (Source : SeLoger).

Les villes d’IDF où devenir propriétaire coûte entre 3 000 et 4 000 €/m²

En savoir plus

OPH et Transformation digitale : la Fédé mobilise dans son 3è appel à projets @federationOPH

La Fédération mobilise les OPH dans le cadre de son 3è appel à projets

Source : Fédération des OPH

L’objectif de cette 3è édition est de mettre en valeur la force d’innovation et le dynamisme des OPH dans leur capacité à apporter des réponses aux enjeux numériques du secteur. Les projets les plus innovants seront sélectionnées par un jury indépendant, présidé par Gilles BABINET, vice-président du Conseil national du numérique, et réunissant Chantal BOUCHER, secrétaire générale adjointe de la Fédération, Eric GIMER, directeur général Habitat 76, Arnaud MENARD, partner Impulse Partners et Carole STROMBONI, associée fondatrice Lab 2034.

Le développement des technologies numériques modifie de façon importante la manière dont les bailleurs sociaux pratiquent leur métier tout particulièrement dans leur relation à leurs « clients ».  Dans l’habitat, les outils digitaux au service du lien social, du maintien à domicile, de la gestion de l’énergie, de la construction, par exemple, se multiplient. On assiste à une accélération du « tout numérique » qui vient modifier le jeu des acteurs, impacter les organisations et les modes de gestion et de communication, les usages, tout en étant créateur de valeur. Cette transformation majeure passe ainsi par une double dynamique d’évolution/changement Métiers et Technologies, avec des pratiques innovantes chez les bailleurs sociaux dans la relation de service, la conception des bâtiments et la gestion patrimoniale, l’organisation interne et la gestion partenariale.

Comment candidater ? … en savoir plus…

Rénovation énergétique : le crédit d’impôt va être transformé en prime @SeLoger

Source : Se Loger

Le CITE bientôt remplacé par une prime perçue dès le début des travaux

Entre la TVA à taux réduit, le CITE, l’éco-PTZ, les aides spécifiques de l’Agence nationale de l’habitat (Anah)… il est devenu pratiquement impossible pour un particulier de s’y retrouver parmi l’offre pléthorique d’aides à la rénovation énergétique. Pour remédier à ce problème, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé son intention de « remettre totalement à plat les aides existantes à la rénovation énergétique », regrettant qu’elles soient « d’une effroyable complexité » et « profitent (…) aux ménages les plus riches ». L’aide à la rénovation énergétique sera ainsi transformée l’an prochain en prime au lieu d’un crédit d’impôt (CITE), a précisé le ministre de la Transition écologique, François de Rugy. « Ça va aboutir (…) à l’occasion de la loi de finances pour l’année prochaine, sur des aides plus simples, plus massives », a déclaré le ministre à nos confrères de BFM TV. « Quand les Français font des travaux, ils font les travaux, ils avancent l’argent puis un an ou un an et demi après, ils demandent le remboursement d’une partie sans savoir combien (…) ce sera ». « Là, nous aurons des primes : c’est-à-dire que dès que les gens déclencheront les travaux, ils pourront avoir cette prime », a poursuivi le ministre.

Prime pour la rénovation énergétique : un barème « clair »

En savoir plus

Réduction de Loyer de Solidarité : quelles sont les nouveautés ? @LesCoopHlm #RLS

Source : Coop’Hlm

Il y a du nouveau au sujet de la Réduction de Loyer de Solidarité ! L’Etat a publié un arrêté au 11 juin 2019, fixant le taux de cotisation de la CGLLS pour 2019 et précisant les conditions d’application du mécanisme de lissage de la RLS. Plus d’informations ci-dessous…

Les Coop Hlm

La RLS consiste en une remise sur loyer obligatoire pour les locataires du parc social dont les revenus sont inférieurs à certains plafonds accompagnée d’une baisse de l’APL versée à ces mêmes locataires.

Le mécanisme de « lissage »
En lien avec la RLS, l’Etat a publié le 11 juin 2019 un arrêté du 29 mai 2019 qui fixe le taux de cotisation de la CGLLS pour 2019 et précise les conditions d’application du mécanisme de lissage de la RLS pour le même exercice.

Le taux de la cotisation principale s’élève à 2,88% pour cette année avec des dégrèvements. Pour le mécanisme de lissage :
– La majoration de cotisation s’élève à 4,69 % de l’assiette en 2019
– La minoration de la cotisation est égale au produit du coefficient de variation prévu au 2° du II de l’article L. 452-4 du CCH, soit 1,09 appliqué à la RLS 2018.

Sont concernés les locataires :
– des logements ouvrant droit à l’APL qui sont gérés par les organismes d’HLM et les SEM, à l’exception des logements-foyers conventionnés ainsi que des logements sociaux situés en Outre-mer
– dont les ressources (telles que prises en compte dans le calcul de l’APL) sont inférieures à un plafond fonction de la composition du foyer et de la zone géographique

Les plafonds de ressources mensuelles ouvrant droit à la RLS pour 2019 ont été fixés par l’arrêté du 27 décembre 2018

Plus d’informations sur la RLS…

Lire aussi :

Logement : Grenoble lance un plan de lutte contre les logements vacants @ANAH_Officiel

Source : Anah 

La ville de Grenoble compte plus de 6 000 logements vacants. La Métropole de Grenoble a alors décidé de mettre en place différents dispositifs, permettant de remettre en location les logements inoccupés. 

ANAH logo

Combien de logements vacants ?
Emplacement peu valorisé, indivision, désaccords familiaux, mais surtout nécessité d’effectuer des travaux… De multiples raisons poussent les propriétaires d’appartements à renoncer à chercher des locataires. La Métropole de Grenoble a créé un fichier, à partir de celui des services fiscaux dédiés à la taxe d’habitation, pour mesurer l’importance de la vacance des logements. Le résultat : 6 000 logements concernés. Cette anomalie sur un marché de l’immobilier local tendu appelait une réponse d’envergure.

La stratégie grenobloise de lutte contre les logements vacants est plurielle
– Un observatoire de la vacance a été mis en place. Il est couplé à l’observatoire de veille des copropriétés, doté d’alertes sur leurs fragilités. Un outil utile et opérationnel pour tous les acteurs locaux de l’habitat.
– Le dispositif « Louez facile » est déployé depuis l’année dernière par le biais de deux agences immobilières à vocation sociale : Territoires et Soliha. Elles contactent les propriétaires des appartements supposés vacants pour leur proposer de les accompagner et de leur trouver des locataires à faibles revenus en sécurisant leurs démarches. En 2018, une trentaine de dossiers ont été bouclés et l’objectif est d’atteindre une centaine en 2019, dont la moitié pour des personnes en situation précaire. La Métropole est en outre lauréate de l’appel à manifestation d’intérêt lié au plan national Logement d’abord.
– Un Programme opérationnel préventif d’accompagnement en copropriété (Popac) à Pont-de-Claix est prévu pour la fin de l’année. Objectif : faciliter la remise aux normes d’une vingtaine de logements vacants en centre ancien, grâce à une aide de l’Anah et de la collectivité. En contrepartie de cette prime, les propriétaires devront effectuer des travaux, qualitatifs sur le plan énergétique, et proposer un niveau de loyer raisonnable. Dans un an, une Opah-RU (opération programmée d’amélioration de l’habitat de renouvellement urbain) sur Vizille devrait être lancée, toujours dans l’optique de remettre sur le marché des logements vacants dégradés.

Lire la suite