Archives de Catégorie: Du côté des marchés

Les 5 chiffres du marché immobilier neuf @planimmobilier

Source : le plan immobilier

La FPI a publié les chiffres liés au marché immobilier neuf en France en 2019 ainsi que son analyse pour 2020.

Le nombre de logements neufs vendus en France a baissé de 2,7% entre 2018 et 2019 soit une différence de 3 476 logements. La répartition entre acquéreurs et investisseurs est équilibrée puisque les premiers ont représenté 51% des ventes et les seconds 49%. Le nombre de ventes au sein de résidences services a chuté de 18% entre 2018 et 2019.

En 2019, l’immobilier neuf n’a pas souffert d’un manque d’attractivité. En effet la demande est toujours très présente. Malheureusement, l’offre n’est pas au rendez-vous. Les mises en vente ont diminué de 14,2% soit une baisse de presque 19 000 logements entre 2018 et 2019.

La Fédération des Promoteurs Immobilier explique cette baisse par 5 raisons. La première raison évoquée sera peut-être atténuée avec les élections municipales.

  • la diminution des permis de construire accordés
  • le temps nécessaire pour faire aboutir les projets
  • le coûts des travaux
  • le manque de disponibilités des entreprises du bâtiment
  • les recours de voisinage

La baisse du nombre de logements mis en vente a un impact direct sur les prix…

Lire la suite…

Coronavirus et pétrole : double choc sur les marchés financiers @cmarkea @arkeaIS

Source : Arkea Investment Services

L’inquiétude sur les marchés s’est renforcée suite à la forte augmentation du nombre de personnes contaminées hors de Chine. Affectant de nombreux secteurs tels que le tourisme, le luxe, la technologie, l’automobile, les transports ou encore le secteur pétrolier, cette épidémie se développe alors que la conjoncture mondiale commençait à manifester des signes de redressement suite aux accords commerciaux USA-Chine signés mi-janvier. Le 07 mars, la décision surprise de l’OPEP d’augmenter sa production de pétrole a provoqué l’effondrement du prix du pétrole jusqu’à 33 dollars, renforçant l’anxiété des marchés.

Une économie qui souffre

Jusqu’à février, l’économie US se montrait résistante, les créations d’emplois se redressant et soutenant la consommation des ménages. Le secteur immobilier demeurait bien orienté grâce à la baisse des taux longs. Bien que moins ouverte à l’international, l’économie US commence, elle aussi, à subir les conséquences de l’augmentation de personnes contaminées. Cela devrait affecter la consommation des ménages (hôtellerie, luxe, tourisme) et l’investissement des entreprises notamment des secteurs technologiques (chaînes de production) et pétroliers (forte baisse récente du pétrole)…

Accéder à la suite de la newsletter

Performance honorable pour le marché des bureaux d’Ile-de-France en 2019 @KnightFrankFr

Source : Knight Frank

Après l’excellente performance de 2018 et six années de hausse consécutive de la demande placée, l’activité du marché des bureaux d’Ile-de-France s’est contractée en 2019. « Un peu plus de 690 000 m² ont été loués ou vendus aux utilisateurs au 4e trimestre 2019. Ce volume porte à 2 372 000 m² la demande placée sur l’ensemble de l’année écoulée, soit une baisse de 9 % par rapport à 2018. Supérieur de 5 % à la moyenne des dix dernières années, ce résultat reste malgré tout très honorable » annonce Renaud Boëssé, Partner au département Bureaux de Knight Frank France.

Pour partie lié au manque d’offres disponibles dans certains secteurs tertiaires, le ralentissement de 2019 a concerné tous les créneaux de surfaces. Les petites surfaces, celles de moins de 1 000 m², enregistrent un recul de 8 % sur un an, tandis que les surfaces de taille intermédiaire (1 000 à 5 000 m²) résistent un peu mieux (- 6 %). La baisse est plus marquée pour les grandes surfaces…Lire la suite

Le marché du logement neuf en Ile-de-France au troisième trimestre 2019 @ADIL_DE_PARIS

Source : Adil 75

Au 3ème trimestre 2019, le marché immobilier neuf en Ile-de-France connait un ralentissement dû à une offre de plus en plus restreinte depuis le début de l’année. Pour autant, le contexte reste favorable avec des taux d’intérêts toujours avantageux et la présence de dispositif tels que le Prêt à Taux Zéro (PTZ) pour les primo-accédants ou le Pinel pour les investisseurs.

Avec 8 260 transactions conclues entre juillet et septembre 2019, les ventes de logements neufs sont stables par rapport au 3ème trimestre 2018.

A contrario, les mises en vente chutent de 39% sur un an et dépassent difficilement le seuil des 5 000 commercialisations pour atteindre 5 117 nouveaux logements introduits au cours du 3ème trimestre.

Consulter l’étude

Brest, Nantes, Angers… le prix immobilier en forte hausse dans les villes de l’Ouest @SeLoger

Source : Se Loger

Boostés par un marché immobilier sous haute tension et une offre qui se raréfie, les prix des logements progressent fortement le long de la côte atlantique. À l’échelle du pays, si les prix reculent sur les trois derniers mois, sur l’année, ils augmentent encore.

Avis de hausse sur le prix immobilier dans l’ouest de la France

Faut-il y voir la conséquence de l’effet LGV (Ligne à Grande Vitesse) qui les a considérablement rapprochées de la capitale, toujours est-il que les villes de l’ouest de la France enregistrent une très forte poussée du prix de leur immobilier ancien. Jugez plutôt, le prix immobilier à Brest enregistre 10,9 % de hausse annuelle pour atteindre 1 965 € du m². Sur l’année, la cote de l’immobilier à Nantes et à Angers augmentent respectivement de 7,9 % et de 11,5 % et à Saint-Nazaire, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend que la montée du prix de l’immobilier se renforce très nettement, avec un gain annuel de 12,8 %. Devenir propriétaire d’un bien dans celle qui fut surnommée la Petite Californie Bretonne coûte désormais 2 440 € du m².

En savoir plus