Archives de Catégorie: commerces

Covid-19 : quelles perspectives pour le marché français des commerces ? @galivel @KnightFrankFr

Source : GALIVEL

Depuis quelques mois, l’apparition du Covid-19 et sa propagation rapide ont placé le monde de la distribution dans une situation inédite en contraignant la quasi-totalité des commerçants à fermer boutique. Si certains ont pu rester ouverts, et si d’autres ont en partie poursuivi leur activité grâce au e-commerce, l’écrasante majorité a été durement pénalisée par la mise en place de mesures de restriction. Depuis quelques semaines, ces mesures ont été progressivement assouplies. Les commerces sont de plus en plus nombreux à rouvrir en raison du ralentissement de la pandémie mais aussi de l’impératif de survie de l’économie. C’est le cas en France, où le confinement a été levé le 11 mai mais où le redémarrage reste très inégal selon les territoires, secteurs d’activité et formats de distribution.

Si tout le monde espère une reprise rapide, il faudra sans doute du temps pour retrouver une activité normale. Le déconfinement devrait néanmoins permettre de mieux mesurer les conséquences de la crise du Covid-19 sur le commerce, et en particulier d’apporter un début de réponse à l’une des interrogations majeures du moment : la propension des
consommateurs à réinvestir ou non les magasins.
S’agissant de l’immobilier commercial, la situation actuelle pose également de nombreuses questions, relatives aux rapports entre bailleurs et locataires, à l’évolution des valeurs locatives ou à l’adaptation des espaces aux nouvelles règles sanitaires…

…Lire la suite

Commerces : quels seront les gagnants et les perdants de l’après Covid-19 ? @KnightFrankFr

Source : Knight Frank

Il y aura un avant et un après pour les commerces. Knight Frank a tenu à dresser un premier état des lieux à l’ère du Covid-19. Dans une étude publiée quelques jours après la fin du confinement,  le conseil international en immobilier d’entreprise passe en revue les conséquences de l’évolution des comportements d’achat, de la demande des enseignes et des investisseurs sur le marché immobilier des commerces.

LES COMMERCES A L’HEURE DU DECONFINEMENT

Reprise en ordre dispersé

Dans cette crise plus que dans d’autres, le paramètre psychologique est déterminant. Ainsi, à la différence des précédentes récessions, la reprise ne butera pas uniquement sur le pouvoir d’achat, mais sur un sentiment plus ou moins rationnel d’insécurité. Ce dernier influera directement sur la fréquence des visites en magasin, dont la baisse sera parfois compensée, comme nous l’observons depuis quelques jours, par une hausse des paniers moyens. Le facteur psychologique influera également sur les types de magasins que les consommateurs vont plébisciter ou dont ils vont au contraire se détourner. Ceux-ci seront d’autant plus enclins à se déplacer qu’ils auront été rassurés par l’efficacité des mesures mises en place par les enseignes et les bailleurs pour se conformer aux nouvelles règles d’hygiène. L’une des conséquences immédiates du Covid-19 pourrait donc être de creuser l’écart entre les acteurs les plus affaiblis et ceux capables de mobiliser d’importants moyens financiers et humains…

Lire le communiqué de presse

Le gouvernement réfléchit à des annulations de charges pour les entreprises de la filière tourisme @FedEpl

Source : lesepl.fr

La FedEpl participe chaque semaine à la réunion du comité de filière tourisme présidée par Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat au Ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

Jean-Baptiste Lemoyne a rappelé l’enjeu du gouvernement de préserver les emplois et les entreprises du secteur du tourisme. La réflexion sur les annulations de charges pour les entreprises du secteur du tourisme est en cours, La BPI travaille actuellement avec la CDC à un plan de relance qui repose sur l’accompagnement, le financement et l’investissement dans le secteur du tourisme.
Concernant le Prêt garanti par l’Etat dans le domaine du tourisme, la volumétrie de financement s’élève à 3,5Mds € pour 39 000 entreprises concernées (2,4 Mds € d’accords formels pour 27 000 entreprises).

…Lire la suite…

L’après-crise réconciliera les notions de e-commerce et de local @nexity #Enviesdeville

Source : Envies de ville by Nexity

Le jour d’après est une série d’interviews et de tribunes qui portent un regard sur les enseignements que nous pourrons tirer, demain, de la crise sanitaire que nous vivons actuellement. Quels nouveaux besoins, quels nouveaux usages et relations sociales s’organisent dans ce contexte sans précédent ? Comment les initiatives positives créées par cette situation inédite peuvent-elle constituer des enseignements durables pour plus d’urbanité et une meilleure qualité de vie en ville ? Urbanistes, sociologues, géographes, architectes, mais aussi start-upper nous éclairent de leurs regards multiples sur l’urbanité bousculée que nous vivons aujourd’hui, pour inspirer durablement celle de demain.

En quoi les acteurs de la logistique urbaine – comme Stuart – sont-ils devenus des maillons clés de la smart city en cette période de confinement ?

La logistique urbaine joue un rôle essentiel dans l’approvisionnement des commerces et des particuliers. Dans le spectre général de la logistique urbaine, la livraison à domicile permet de ravitailler la population en produits de première nécessité (denrées alimentaires, médicaments…). On circonscrit trop souvent la livraison à domicile en ville à des produits dits récréatifs ou de confort. Cette conception est réductrice.

Chez Stuart, nous avons mis notre plateforme au service des acteurs les plus touchés ou sollicités en renforçant notre collaboration avec les distributeurs alimentaires, petits commerçants et acteurs de la santé. Nous enregistrons une augmentation de 250% des livraisons de paniers de course et de 300% des livraisons de médicaments à domicile. Les places de marché locales partenaires de Stuart ont quant à elles multiplié leur nombre de livraisons par 10.

…Lire la suite…

La Banque des Territoires annule 3 mois de loyers pour les TPE, locataires de locaux CDC Habitat, éligibles à l’accord conclu avec l’Etat @BanqueDesTerr @CDC_Habitat

Source :  Banque des Territoires

La Banque des Territoires, par l’intermédiaire de sa filiale CDC Habitat, annonce être signataire de l’accord conclu entre l’Etat et les principales fédérations et unions de bailleurs de locaux à usage commercial. Les commerces éligibles sont ceux qui emploient moins de 10 salariés et qui, n’exerçant pas d’activité essentielle, font l’objet d’une décision administrative de fermeture pour motif sanitaire.

L’accord négocié et conclu avec le ministère de l’Economie et des Finances, prévoit une annulation de 3 mois de loyer au profit des commerces éligibles. Les charges resteront dues puisqu’elles correspondent à des coûts réels encourus par les propriétaires même en période de fermeture des commerces.

Consulter le communiqué de presse