Archives de Catégorie: Collectivités

Le nouveau statut de Paris définitivement adopté @Paris

Source : Paris.fr

Initié à l’été 2015 par Anne Hidalgo, le projet de loi sur le statut de Paris vient d’être définitivement adopté par l’Assemblée nationale.

Les textes régissant l’organisation administrative de la capitale, et la répartition des compétences avec l’Etat, dataient de la Révolution française. Le découpage des arrondissements avait lui été défini en 1859. Cet héritage historique comportait de nombreux régimes dérogatoires, qui n’avaient souvent plus de justification ni de réalité, et qui faisaient que Paris n’avait toujours pas les mêmes droits que les autres collectivités françaises, et cela dans de nombreux domaines.

> Une loi de modernisation avec quatre volets importants
Cette loi de modernisation du statut de Paris repose sur quatre axes, qui vont permettre d’inscrire progressivement la collectivité parisienne dans le XXIe siècle :

  1.  Le retour de la Ville de Paris au droit commun, en récupérant des compétences aujourd’hui exercées de façon dérogatoire par l’Etat. Il s’agit du volet principal – mais aussi le plus complexe – de cette réforme. Il donne au Maire de Paris des pouvoirs et des responsabilités comparables à ceux des autres Maires de France, dans des domaines comme la circulation, la lutte contre l’habitat indigne, les nuisances sonores, les affaires funéraires, la police des baignades ou encore la délivrance des titres d’identité. 
  2. La fusion des quatre arrondissements centraux. Pour tenir compte des nouveaux équilibres démographiques et créer de nouvelles synergies, les conseils et les services des quatre arrondissements centraux vont être regroupés à l’horizon 2020. Aux prochaines élections municipales, les habitants de ces quatre arrondissements éliront un seul Conseil d’arrondissement pour l’ensemble de ce secteur, et n’auront plus qu’un seul Maire d’arrondissement. Cela leur garantira une meilleure représentation démocratique et un renforcement des services publics, en ouvrant par exemple davantage de possibilités aux parents qui demandent une place en crèche, mais aussi en en améliorant l’action des services de propreté, de protection et de prévention ou d’éducation au cœur de Paris. 
  3. Le renforcement du rôle des Maires d’arrondissements. Dans la continuité des actions de déconcentration engagées depuis 2001, la Maire de Paris va donner davantage de pouvoirs et de responsabilités aux Maires d’arrondissement, par exemple dans le domaine de la propreté, au profit de politiques publiques de proximité. 
  4. La fusion de la Ville et du Département. Appelée de ses vœux par la Chambre Régionale des Comptes dans un rapport publié en 2014, elle aboutit à une entité unique qui met fin à un enchevêtrement de compétences qui était jusqu’à présent illisible pour les citoyens et qui complexifiait inutilement les procédures administratives. 

En savoir plus 

Contact presse : Matthieu Lamarre / 01.42.76.49.61 / presse@paris.fr

L’IDF : un territoire pour  l’exposition universelle de 2025  @iauidf

L’ÎLE-DE-FRANCE: UN TERRITOIRE POUR L’EXPOSITION UNIVERSELLE DE 2025


Source : IAU – IDF 

 La France candidate pour l’Exposition universelle de 2025. Au cœur de cet événement exceptionnel : l’Île-de-France, qui en serait la région d’accueil. Le processus d’élaboration de cette candidature est l’occasion de rappeler les compétences de la région en matière d’aménagement et de transport, et les grands enjeux de territoire. En perspective : un calendrier de réalisations d’infrastructures accéléré, une visibilité et une attractivité internationales accrues, un impact économique et social patent.

La candidature de la France à l’Exposition universelle de 2025 a été présentée au Bureau international des expositions par le président de la République François Hollande,
en novembre 2016. 

L’Exposition se tiendrait en Île-de-France, du 1
mai au 30 octobre 2025, et associerait les principales métropoles françaises. La thématique choisie, en accord avec les valeurs d’hospitalité entourant l’événement, et dans le prolongement de la conférence sur le climat (COP21) de 2015 à Paris, est : 

« La connaissance à partager, la planète à protéger. »

Une Exposition universelle est définie par le BIE comme « un événement international qui a pour but d’éduquer le public, de partager l’innovation, de promouvoir le progrès et d’encourager la coopération. Elle est organisée par un pays hôte qui invite d’autres pays, des entreprises, des organisations inter- nationales, la société civile et le grand public à y participer. » 

Elle a une durée habituelle de six mois.
Alors que Londres et Paris ont accueilli les premières expositions universelles au XIXe siècle, ces deux capitales ne sont plus organisatrices depuis… 1900 ! Par ailleurs, les expositions de ces trois dernières décennies ont toutes eu lieu dans des villes importantes, certes, mais pas des capitales. Les pays d’accueil avaient en effet une double visée : faire de ces villes un rendez-vous mondial obligé et conduire à marche forcée une opération d’aménagement urbain…en savoir plus…

La Ligne 17 Nord Déclarée d’utilité publique @GdParisExpress

sg-paris

Source: societedugrandparis.fr

Par décret du Premier ministre, au cours de cette semaine, la ligne 17 Nord du Grand Paris Express, reliant les gares du Bourget au Mesnil-Amelot en passant par l’aéoroport Charles-de-Gaulle, a été déclarée d’utilité publique.

« La Ligne 17 du Grand Paris Express combine trois fonctions clés pour la métropole, détaille Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris. Elle dessert en effet le premier aéroport international français, renforce le développement économique de cinq territoires d’excellence du Grand Paris et améliore la mobilité quotidienne de milliers de salariés qui travaillent dans ces territoires. »

En savoir plus

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Succès pour les 1ères assises du #coworking @GrandLyon 

Les Assises du coworking se tenaient le 3 février à l’Embarcadère à Lyon.

Source : Grand Lyon 

Le succès a été au rendez‐ vous pour cette première édition, organisée par le réseau Coworking Grand Lyon avec le soutien de la Métropole de Lyon.

Cette journée avait pour objectif de permettre aux différents acteurs du coworking (entreprises, start‐up, collectivités, chercheurs, coworkers) et au public de se rencontrer, de débattre et d’échanger autour de la thématique des «mutations du travailliées au coworking ». Plus de 300 personnes venues de tous horizons se sont réunies à l’Embarcadère pour participer à cette première édition des Assises du coworking.

Le succès de ces premières assises témoigne d’un intérêt de plus en plus accru pour le coworking, qui jouera un rôle de premier ordre dans l’économie de demain. « Véritables lieux d’innovation, les espaces de coworking sont devenus ces dernières années des acteurs centraux de l’économie collaborative » a affirmé en introduction Karine Dognin‐Sauze, vice‐présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’Innovation, de la Métropole intelligente et du Développement numérique, « leur développement constitue donc un enjeu majeur pour la Métropole de Lyon qui mène depuis plusieurs années une politique de valorisation et d’accompagnement de ces espaces ».

Pour rappel, le phénomène coworking, qui prend aujourd’hui de plus en plus d’ampleur, est arrivé en France en 2008. Ce modèle de travail collaboratif s’est véritablement imposé comme une nouvelle forme d’organisation du travail. 

Depuis la création du premier espace de coworking en 2011, de nombreux autres espaces de travail collaboratif ont vu le jour à Lyon. Aujourd’hui, il existe dans la Métropole de Lyon 17 espaces de coworking où travaillent près de 1100 coworkers, principalement des travailleurs indépendants.

Depuis 2012, la Métropole de Lyon soutient les espaces de coworking et favorise leur développement. En 2014 a été créé le réseau de coworking Grand Lyon afin de fédérer les différents acteurs du coworking lyonnais. Initialement composé de quatre espaces de coworking (La Cordée, Etic, Locaux Motiv et l’Atelier des Médias), le réseau de corworking Grand Lyon en regroupe aujourd’hui 17 sur l’ensemble du territoire métropolitain. En 2016, un guide à destination des communes désireuses de se doter d’un espace de coworking à télécharger. 

En savoir plus

1ère convention opérationnelle du NPRU signée à Rennes @AnruOfficiel

Logo_anru

Source: anru.fr
À Rennes le jeudi 16 février dernier, le Chef d’État François Hollande a fait le déplacement pour le lancement de la deuxième phase du NPRU, qui consiste en la signature de la première convention opérationnelle.

LA CONVENTION OPERATIONNELLE DE RENNES METROPOLE  > 2017-2024

Le projet NPNRU de Rennes Métropole concerne 3 Quartiers Politique de la Ville:

– Le Blosne,

– Maurepas (avec les 2 secteurs de Gayeulles et de Gros Chêne)

– Villejean (d’intérêt régional)

Un projet qui confortera ou accompagnera l’arrivée du métro.
● Une politique de l’habitat volontariste pour casser la spécialisation des quartiers
Leviers : Démolition, construction de logements neufs privés dans les quartiers, requalification lourde de logements locatifs sociaux et chan- gement d’usage, politique des loyers renouvelée
● Des activités économiques diversifiées et une refonte de l’offre commerciale
Leviers : Restructuration du centre commercial, développement d’une cité artisanale, création un centre d’affaires…
● Des équipements en nombre
Leviers : Construction et restructuration de groupes scolaires, variété de locaux de proximité pour associations, services publics et activités culturelles
► Sur les 3 quartiers, mobilisation d’un investissement global de près de 590M d’euros d’investissement avec une participation de l’ANRU de l’ordre de 17% combinant subventions et prêts

En quelques chiffres, le NPRU, dans sa première phase de protocole de préfiguration:

Les 116 protocoles de préfiguration intercommunaux portant
sur les 200 quartiers nationaux ont été examinés en 2016
► Plus de 500 millions d’euros déjà validés (investissement et ingénierie)
► Sur cette seule phase de préfiguration déjà :
– 10 700 logements actés en démolition
– Plus de 3 000 logements prévus en réhabilitation
– Plus de 2 300 logements sociaux prévus en reconstruction en
dehors des quartiers

Téléchargez la suite

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>