Archives de Catégorie: accession sociale

#Logementsocial : la Banque des Territoires renouvelle son soutien à la Foncière d’Habitat et Humanisme @HabitatetHumani @BanqueDesTerr

   Source : CDC Habitat

La Banque des Territoires a signé une nouvelle convention triennale la Foncière d’Habitat et Humanisme (FHH) à Lyon. Par la signature de cette convention, la Banque des Territoires réaffirme son engagement en faveur de l’habitat social.

La Banque des Territoires mobilise son offre pour répondre aux besoins de logements sociaux

Dans la lignée de ses actions pour des territoires plus inclusifs, la Banque des Territoires accompagne pour les trois prochaines années, la Foncière d’Habitat et Humanisme, un acteur qui œuvre pour l’acquisition, la construction et la rénovation de logements pour les personnes défavorisées. L’ambition : faciliter l’accès des familles et personnes seules en difficulté à un logement décent et à faible loyer.

…lire la suite…

Hlm demain, quelles organisations, quels partenariats ? @UnionHlm

   Source : union-habitat.org

La loi ÉLAN conduit à une accélération du mouvement, déjà en cours, de regroupement des organismes Hlm en fixant des seuils de taille minimale et propose de nouveaux outils de coopération structurée. Regard sur trois expériences de regroupements pas seulement motivées par cette loi.

Pour lancer la séquence, Marie-Dominique de Veyrinas, chargée par le gouvernement, avec Pierre Quercy, d’une mission d’accompagnement de la réorganisation du tissu Hlm, a brossé, dans une vidéo, un état des lieux des regroupements inscrits dans la loi ÉLAN. « Cela s’est plutôt bien passé », reconnaît-elle. Sur les 357 organismes concernés par cette obligation, 312 sont engagés dans des projets dont 134 sont définis et 11 finalisés. 45 bailleurs ne donnent pas d’information ou n’ont pas encore de projets. Et des organismes qui n’étaient pas visés par le seuil se sont engagés dans des structures de coopération. « 

Un rapprochement inédit : logement-santé

Exemple de coopération : un rapprochement entre un acteur du logement social et le secteur mutualiste ou comment le groupe Arcade devint le groupe Arcade-VYV. Deux acteurs qui partagent une même conviction, celle qui considère que logement et santé sont indissociables. Autrement dit, que le logement est un déterminant de santé fondamental grâce à une palette de services.

Bien que récent, le groupe VYV, né en septembre 2017 du mariage d’Harmonie Mutuelle et de la MGEN, est le premier groupe de protection sociale de France avec un chiffre d’affaires de 10 M€ ; un groupe diversifié structuré autour de deux pôles, l’assurance avec une dominante santé et un pôle services, accompagnement fort de 1 000 établissements de la maternité aux services funéraires, en passant par le soin et l’hébergement des personnes âgées et handicapées. « Un groupe, qui se positionne comme un entrepreneur du mieux-vivre, capable d’accompagner les individus tout au long de leur parcours de vie, résume François Venturini. Un groupe qui détenait l’ESH Harmonie Habitat et qui cherchait un partenaire à qui s’adosser. Dans le même temps, le groupe Arcade cherchait un partenaire. C’est ainsi que, conscients de leurs valeurs communes, ils se sont découverts et rapprochés. Pour le groupe Arcade, « il s’agit de renouer avec la finalité première des organismes Hlm, qui est de prendre soin des personnes modestes et défavorisées, et qui mieux que les mutuelles (organismes non lucratifs) y ont intérêt, interroge, Jacques Wolfrom, aujourd’hui directeur général du groupe Arcade-VYV. « Il s’agit notamment d’accompagner le vieillissement et de trouver des bouquets de services, ou d’apporter des réponses au logement d’urgence ou aux problèmes liés à l’immigration, au mal-logement, en trouvant des partenaires idoines pour construire des solutions que nous n’avons pas pour les collectivités » justifie Jacques Wolfrom. « À nous de nous positionner non pas comme des financeurs (CDC et Action Logement jouent ce rôle) mais comme des facilitateurs du mieux-vivre, poursuit François Venturini. « Dans ce contexte, le groupe Arcade-VYV entend contractualiser avec les collectivités, les départements en particulier, sur une dynamique d’action sociale et attirer d’autres bailleurs », confie le directeur général d’Arcade-VYV. « Les premiers concepts de produits, associant logement et santé en BIM, devraient bientôt voir le jour », affirme Jacques Wolfrom.

Grand témoin de cette séquence Michel Ménard, président de la CGLLS et d’Habitat 44 évoque la SAC et l’OFS qu’il a créés en Loire-Atlantique pour permettre aux personnes à revenus modestes d’accéder à la propriété ; un dispositif qui peut aider à constituer un volume pérenne de logements en accession sociale.

…lire la suite…

La location-accession comment ça marche ?

Source : SE LOGER

La location-accession : qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne ?

Lire la suite

#CongresEpl : Julien Denormandie, ministre du Logement au micro de Radio Immo @radioimmo @J_Denormandie

Le Congrès national des Epl s’est achevé le 10 octobre à Strasbourg, après trois jours de débats consacrés à l’avenir des Entreprises publiques locales. A cette occasion, Julien Denormandie, ministre du Logement, a été interviewé par les équipes de Radio Immo.

Le ministre du Logement s’est exprimé sur la politique de regroupement des bailleurs sociaux, l’accession sociale, la rénovation énergétique des logements..

>>>> Ecoutez l’interview

Lire aussi :

Les derniers chiffres du logement social à Paris @Apur_75 @paris

     Source : APUR

Les principaux chiffres sur le logement social à Paris en 2018 : le nombre de logements sociaux, le développement du parc depuis 2001 (application de la loi SRU), la demande de logement social et les attributions.

L’État et la Ville de Paris décomptent officiellement 245 210 logements sociaux SRU en service à Paris au 1er janvier 2018, soit 21,1 % des résidences principales. De 2001 à 2018, 104 484 logements sociaux ont été financés : 27 786 logements PLAI – Prêt locatif aidé d’intégration – (27 %), 44 980 logements PLUS – Prêt locatif à usage social – (43 %) et 31 718 logements PLS – Prêts locatifs sociaux – (30 %).

Face à cette offre, le nombre de demandeurs de logements sociaux souhaitant un logement à Paris est particulièrement important et en progression par rapport aux années précédentes : 249 671 ménages ont renouvelé ou déposé une première demande en 2018 en indiquant Paris parmi leurs choix de localisation.

La demande de logement social qui s’exprime à Paris est principalement le fait de ménages aux ressources faibles : …lire la suite…