Archives d’Auteur: Jean-Michel Royo

Quelle place pour le gaz dans la transition énergétique ? @Strategie_Gouv

Quelle place pour le gaz dans la transition énergétique ?

Source : France Strategie

Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il faut cesser de recourir au gaz d’origine fossile. Parce qu’on ne peut attendre pour agir de savoir si le pari du gaz renouvelable sera gagné, il faut chercher dès maintenant à restreindre l’usage du gaz en misant sur d’autres énergies décarbonées, électricité et biomasse en tête.

Télécharger la note d’analyse Quelle place pour le gaz dans la transition énergétique ?

En France, le gaz d’origine fossile est responsable de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. Un bilan qui conduit à programmer sa disparition progressive pour parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050, conformément aux engagements pris par la France dans le sillage de l’Accord de Paris. Mais par quoi le remplacer ? Si certains voient dans le gaz renouvelable « un candidat naturel », Dominique Auverlot et Étienne Beeker, sans remettre en cause l’idée, y apportent des réserves. À commencer par le surcoût annuel de plusieurs dizaines de milliards d’euros qu’entraînerait aujourd’hui le « verdissement du gaz », au regard de la maturité des technologies disponibles. Une perspective qui les incite à questionner les « usages spécifiques » du gaz à l’horizon 2050 en tenant compte de l’ensemble du mix énergétique français, et notamment des concurrents actuels du gaz que sont l’électricité et la biomasse.

Une énergie de transition

Le gaz a bonne presse. Et pour cause : « une centrale à gaz émet entre 350 et 400 grammes de CO2 par kWh, là où les centrales à charbon les plus modernes [en] émettent environs 800 », soulignent les auteurs. À choisir entre deux énergies fossiles, le gaz apparaît donc comme une alternative (plus) « propre », quoique transitoire, pour les pays ayant beaucoup recours au charbon qui s’engagent aujourd’hui dans la transition énergétique.

En savoir plus

Lyon et Toulouse élues villes étudiantes les plus prisées par les étudiants français @SeLoger

Source : Se Loger

Lyon et Toulouse sont les villes étudiantes les plus attractives devant Montpellier, selon une étude réalisée par le magazine L’Etudiant et établie selon quinze critères (attractivité, qualité de formation, vie étudiante, cadre de vie, emploi…). La qualité de vie et le réseau de transports sont les critères qui permettent à Lyon de caracoler en tête de ce classement. En effet, ces dernières années, la métropole a amélioré l’accès aux campus universitaires répartis sur plusieurs communes (Lyon, Ecully, Villeurbanne, Bron, Vaulx-en-Velin). « Par nos initiatives et nos efforts croissants dans tous ces domaines, nous souhaitons construire un cadre de vie qui réponde aux besoins des étudiants et à leur épanouissement », affirme David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon, à nos confrères des Echos. Du côté des logements, la « Ville des Lumières » a pour objectif de produire 6 000 logements sociaux étudiants d’ici à 2020, notamment près des campus et des transports en commun.

En savoir plus

Loi Elan : Les principales dispositions arrêtées en commission mixte paritaire @Localtis

Source : Caisse des Dépôts des Territoires

Quelque 300 amendements à examiner, portant sur environ 200 articles : au bout de six heures d’une réunion marathon, ce 19 septembre, députés et sénateurs membres de la commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi Elan sont parvenus à un accord sur les points restant en discussion. En attendant que le texte issu de la CMP, en cours d’écriture par les services du Parlement, soit disponible, le Sénat a récapitulé dans un communiqué, ce 20 septembre, les principales dispositions adoptées.

Urbanisme

La CMP a maintenu l’avis conforme des communes pour la création des grandes opérations d’urbanisme (GOU), dans lesquelles l’échelon intercommunal jouera un rôle renforcé.

Elle a aussi confirmé l’assouplissement des conditions d’adhésion à un établissement public foncier local, afin d’encourager le recours à ces outils de mobilisation de terrains par les communes et EPCI.

Elle a également retenu les apports du Sénat en matière de construction en zone rurale,  qui visent notamment à faciliter la construction en zone agricole de bâtiments liés à la production et à la commercialisation agricoles. La CMP a finalement confirmé l’élargissement des possibilités de construction en zone littorale, notamment au bénéfice des cultures marines ou de l’implantation d’ouvrages de production d’énergies renouvelables sur les petites îles. Autre assouplissement de la loi Littoral : la CMP a retenu la proposition du Sénat visant à permettre le recours à la modification simplifiée des documents d’urbanisme pour mettre en œuvre les nouvelles possibilités de comblement des « dents creuses ».

Le Sénat indique également avoir « confirmé l’assouplissement de la portée de l’avis des architectes des Bâtiments de France, ainsi que les diverses mesures visant à favoriser la transparence des procédures d’avis et le dialogue entre maires et ABF ».

La suppression de la dérogation à la loi MOP au bénéfice des concessionnaires, qui avait été adoptée par le Sénat, a elle aussi été confirmée.

Les apports du Sénat sur la prolongation du délai de remise en vigueur du plan d’occupation des sols en cas d’annulation du plan local d’urbanisme, et sur le caractère facultatif du débat dans les communes lors de l’élaboration d’un plan local d’urbanisme intercommunal ont été retenus.

La CMP a également confirmé les mesures adoptées par le Sénat visant à sécuriser les demandes d’autorisation d’urbanisme, notamment en permettant le dépôt de multiples demandes sur un même terrain, en précisant le contenu des certificats d’urbanisme, ou encore en facilitant l’instruction des dossiers.

Elle a aussi retenu toutes les mesures adoptées par le Sénat en matière de contentieux de l’urbanisme, notamment celle qui protège de poursuites pénales les constructeurs de bonne foi victimes d’une annulation de permis. Enfin, la part des logements accessibles aux personnes handicapées dans les constructions neuves a été fixée à 20%.

Parc social

Les seuils applicables en matière de regroupement des organismes de logement social ont été portés à 12.000 logements gérés ou à 40 millions d’euros de chiffres d’affaires.

En savoir plus

Samsic au cœur du projet EuroRennes @SamsicFrance @metropolerennes

Source : SAMSIC

Après plusieurs mois d’échanges avec Madame Appéré, Maire de Rennes, et Monsieur Couet, Président de Rennes Métropole, Samsic vient d’annoncer son intention d’installer son siège social, dès 2023, dans le nouveau projet architectural d’EuroRennes, près de la gare LGV.

S’inscrire dans un projet d’une telle envergure permet au Groupe Samsic de répondre à ses ambitions de développement à l’international, sans pour autant quitter ses racines bretonnes.

La gare LGV de Rennes sera ainsi le point de liaison entre Rennes et Paris pour rejoindre l’Europe et le reste du monde.

Le projet de 30 000 m², répartis en cinq bâtiments, prévoit une tour IGH de 26 étages, des logements, des commerces, un hôtel et un restaurant panoramique. Environ 15 000 m² seront dédiés aux activités du Groupe Samsic, permettant ainsi la création de nouveaux emplois.

D’ailleurs, une maison pour l’emploi, concept novateur actuellement en développement au sein du groupe, permettra de centraliser l’accompagnement global des parcours de vie professionnelle pour toujours mieux orienter et former les candidats et ainsi mieux répondre aux besoins de nos clients.

“Il nous tenait particulièrement à cœur de participer à un programme architectural symbolique et à un projet social, économique et culturel fort. En tant qu’acteur économique de la région, nous sommes fiers de contribuer à la création du quartier EuroRennes, et ainsi au rayonnement de la ville.” déclare Christian Roulleau, Président Directeur Général du Groupe Samsic.

En savoir plus

Loi ELAN : Jean-Marie Sermier, président de la FedEpl, prend la parole le 26 septembre @fedepl

Loi ELAN : Jean-Marie Sermier, président de la FedEpl, prend la parole le 26 septembre

Source : Fédération des Epl

Jean-Marie Sermier, président de la Fédération des Entreprises publiques locales (Epl), invite la presse à prendre connaissance de la position du mouvement des Epl à la suite de l’adoption de la loi « Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique » (ELAN).

En commission paritaire mixte, le 19 septembre, députés et sénateurs se sont accordés sur un texte commun sur le projet de loi ELAN. Celui-ci implique en de nombreux points les Entreprises publiques locales :

– regroupement des bailleurs sociaux,

– nouveaux outils d’aménagement,

– revitalisation des centres-villes,

– couverture numérique du territoire.

>> La conférence de presse aura lieu au siège de la Fédération des Epl :

Conférence de presse loi ELAN

Mercredi 26 septembre 2018

– 12 heures –

95 rue d’Amsterdam

75008 Paris

M° Place-de-Clichy

Contact presse : 01 53 32 22 41 – h.ledain@lesepl.fr

Hervé LE DAIN