Archives d’Auteur: clemencemadre

Sabine Fourcade, nommée Secrétaire Générale des ministères chargés des affaires sociales @MinSoliSante

Source : Ministère des solidarités et de la santé

Sabine Fourcade a été nommée Secrétaire générale des ministères chargés des affaires sociales

JPEG - 38.9 ko

Ancienne élève de l’ENA (promotion Marc Bloch 1997), Sabine Fourcade a été Directrice générale de la cohésion sociale (DGCS) de 2011 à 2015. Après avoir commencé sa carrière d’administratrice civile à la direction de la sécurité sociale (DSS), elle est nommée au centre Georges Pompidou administratrice du musée national d’art moderne (2002-2003) puis directrice des ressources humaines (2003-2007). En 2008, elle rejoint la direction générale de l’action sociale d’abord comme sous-directrice puis comme cheffe de service. Elle participe à la création en 2010 de la DGCS dont elle prend la direction un an plus tard. À ce titre, elle pilote et évalue les politiques publiques de solidarité, de développement social et de promotion de l’égalité. Inspectrice générale des affaires sociales depuis 2015, elle a participé à plusieurs missions dans le champ de l’emploi et de la formation professionnelle, notamment pour réaliser un bilan d’étape du déploiement du compte personnel de formation (CPF) en 2017.
Elle succède à Pierre Ricordeau qui a occupé la fonction de mars 2014 à février 2018, et elle prendra ses fonctions le 22 mai.

La dimension interministérielle du Secrétariat général
Le Secrétariat général des ministères des affaires sociales remplit une mission de soutien aux politiques publiques, de modernisation de l’administration et de coordination des services. Il porte la vision et l’unité des ministères sociaux, en particulier vis-à-vis de l’interministériel et des services territoriaux dont il assure l’animation et le pilotage (ARS, DRJSCS et DIRECCTE).

Lire la suite…

Lire aussi :

Prélèvement à la source : quels impacts sur l’immobilier ? @SeLoger

Source : Seloger

Le prélèvement à la source de l’impôt est prévu pour début 2019… Mais alors, quels seraient les impacts sur le marché de l’immobilier ? Quelles conséquences pour les Français ?

nouveau-logo-se-loger

Prélèvement à la source : quel impact sur la capacité d’emprunt ?

Actuellement, pour évaluer la capacité d’emprunt du futur emprunteur, les banques prennent les revenus nets perçus par le ménage et font un rapport entre la future charge de remboursement mensuelle et ses revenus : ce taux d’endettement ne doit pas dépasser 33 %. Les impôts sur le revenu ne sont pris en compte que dans le calcul du « reste à vivre », somme qui reste à l’emprunteur une fois déduites de ses revenus nets toutes les charges (autres prêts en cours, impôt, etc.). « En 2019 avec le prélèvement à la source, les impôts seront directement déduits du salaire. Si les banques calculent le taux d’endettement maximum en prenant en compte le salaire après impôts pour calculer le taux d’endettement, la capacité d’emprunt sera réduite d’autant, entrainant une perte de pouvoir d’achat immobilier (…)

Un sentiment d’appauvrissement pour les Français ?

La mise en place du prélèvement à la source risque de déstabiliser les Français et d’entrainer un flottement du marché début 2019. En effet, les ménages pourraient ressentir un effet psychologique « d’appauvrissement », en raison de la baisse du salaire affiché sur leur fiche de paie.

En savoir plus…

Lire aussi :

Découvrez les chiffres clés 2017 de la formation dans la fonction publique Hospitalière @ANFH_

Source : ANFH

L’Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier a publié son rapport d’activité 2017. Découvrez les chiffres clés de 2017 de l’ANFH  !

Résultat de recherche d'images pour "anfh"


L
es chiffres à retenir pour l’année 2017 :

– 1 042 300  départs en formation enregistrés au titre du Plan de formation ;

  • 2 987 agents en cours de CFP ;
  • 1 194 agents en cours de VAE ;
  • 5 079 bilans de compétences financés ;

– Plus de 17 117 études promotionnelles financées (formations diplômantes et qualifiantes) ;
– L’ANFH a collecté 827 millions d’euros en 2017.

– La fonction publique hospitalière affiche un taux d’accès à la formation important : 58,5% des agents sont partis au moins une fois en formation en 2017.

———> Télécharger le rapport d’activité 2017 en cliquant ici

Retrouvez également :

La Mutualité Française et l’AMF : une convention pour favoriser l’accès aux soins @mutualite_fr

Source : Mutualité Française

Lors du 42è Congrès de la Mutualité Française, L’AMF, Association des Maires de France, et La Mutualité Française ont signé une convention de partenariat dans le but de favoriser l’accès aux soins pour tous. 

mutualite francaise

« Nous nous félicitons de la signature de cette convention de partenariat avec l’AMF qui va nous permettre de construire ensemble des solutions concrètes et innovantes sur les territoires autour des enjeux liés à la santé, à la perte d’autonomie et à la politique familiale », indique Thierry Beaudet, Président de la Mutualité Française.

L’AMF et la Mutualité Française réaffirment leurs intérêts et positions communes et s’engagent à coopérer sur plusieurs enjeux de société majeurs parmi lesquels :
L’accès aux soins pour tous, afin de mieux répondre aux besoins des Français sur les territoires, avec la création de centres de santé polyvalents, de services de soins mobiles, d’accès aux soins de premiers recours, le développement de la télémédecine… ;
La perte d’autonomie, afin d’améliorer le quotidien des personnes dépendantes et de leurs familles à travers la prévention, le soutien aux aidants familiaux, le développement de structures d’accueil diversifiées et la consolidation de l’existant notamment dans le secteur de l’aide à domicile ;
La petite enfance, à travers l’éducation à la santé, les réponses innovantes en termes de services et d’établissements d’accueil, et le développement des structures à destination des populations en situation de grande pauvreté.

Cliquez ici pour lire la suite…

Retrouvez aussi :

Intelligence Artificielle et emploi : les français sont les plus inquiets @IpsosFrance @BCG

Source : Ipsos

Ipsos et BCG ont récemment réalisé une étude sur la vision des actifs envers l’Intelligence Artificielle, et il semblerait que les Français soient les plus inquiets en la matière. Mais alors, pourquoi l’IA provoque autant d’inquiétudes ? Quelles seront les conséquences sur le travail ? Comment les Français perçoivent t-il cette révolution ?

Résultat de recherche d'images pour "ipsos"

Les actifs français sont les plus inquiets quant aux conséquences de l’intelligence artificielle sur leur travail alors que les Américains, les Canadiens et surtout les Chinois perçoivent pleinement les effets positifs de cette technologie dans les cinq ans qui viennent.
Le rapport Villani a éveillé les consciences sur le sujet mais un gros travail de pédagogie reste à faire puisque les actifs français considèrent par ailleurs qu’ils sont les moins bien informés par leurs managers sur ce thème.

L’intelligence artificielle est déjà une réalité

Plus d’une personne active sur cinq travaille déjà dans une organisation ou une entreprise, où l’intelligence artificielle est utilisée, à travers des outils ou des applications (22%). Cependant, la situation est très différente d’un pays à l’autre : la Chine est la plus avancée en la matière (31% des actifs disent travailler dans des organisations utilisant déjà l’IA), suivie de l’Amérique du Nord (26% au Canada, 24% aux États-Unis) tandis que l’Europe est pour le moment à la traîne (20% au Royaume-Uni, 18% en Espagne, 16% en France et seulement 15% en Allemagne).

Comment la France se situe-t-elle dans sa perception de l’intelligence artificielle ?

La France est le pays le plus inquiet avec 65% des actifs qui citent au moins un sentiment négatif parmi les deux que leur évoque le plus le terme d’intelligence artificielle

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’IA

Retrouvez aussi :