LES MARCHES RATTRAPES PAR TRUMP – Point marché #salledesmarchésarkea @cmarkea

               Source: arkea-sdm.com

En attaquant frontalement Pékin au sujet de sa responsabilité dans la propagation internationale du Covid-19, le Président américain tempère le vent d’optimisme qui berce les marchés depuis plusieurs semaines. Washington affirme disposer de preuves démontrant que ce virus a été « créé par l’homme » et qu’il proviendrait d’un laboratoire de cette même ville, ce qui mène Donald Trump à menacer la Chine de mesures de rétorsion, telles que des hausses de tarifs douaniers. Si la question de la gestion chinoise de la crise paraît légitime, celle de la crédibilité de ces nouvelles déclarations est également posée dans la mesure où (i) aucun détail sur ces preuves n’a été dévoilé et que (ii) la principale agence d’espionnage américaine dément ces affirmations, en concédant que ce virus ne semble pas être d’origine humaine ou génétiquement modifié. De plus, (iii) l’attaque frontale de la Chine constitue une stratégie électorale récurrente de Donald Trump, dont la politique sanitaire est largement critiquée, alors que les Etats-Unis comptent désormais près de 65 000 morts liés au virus. La perspective de l’élection présidentielle de novembre inciterait d’autant plus le Président américain à durcir le ton.

Les marchés ont en effet bénéficié en avril de la promesse de politiques monétaires durablement ultra-accommodantes et, plus récemment, d’un mouvement global de déconfinement ainsi que l’émergence d’un espoir thérapeutique. Les conclusions des réunions de politiques monétaires de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE) n’ont pas surpris en maintenant notamment leurs taux directeurs inchangés. Les autorités monétaires ont affirmé leur volonté de recourir à l’ensemble des outils à leur disposition, jusqu’à la dissipation totale des effets négatifs de cette crise sanitaire. La Fed a notamment souligné l’importance des risques à moyen terme, bien au-delà de la durée de la pandémie. Du côté de la BCE, les seules nouvelles annonces concernent l’amélioration des conditions de financement pour les banques empruntant des liquidités à long terme pour favoriser le crédit (TLTRO) et le lancement d’un nouveau dispositif de prêt aux banques, les « opérations de refinancement à long terme d’urgence pandémique » ou PELTRO. Par ailleurs, l’espoir d’un traitement efficace contre le Covid-19 a contribué à la baisse de l’aversion pour le risque, après les informations du groupe pharmaceutique Gilead Sciences sur son antiviral expérimental Remdesivir. Pourtant, face à cet optimisme, les indicateurs économiques ne cessent de souligner l’ampleur inédite du choc économique, dont les conséquences devraient perdurer bien au-delà du confinement. En effet, la publication des PIB dans plusieurs pays avancés, dont la France et les Etats-Unis, a révélé des coups d’arrêts inédits sur les économies, alors même que les mesures de confinement sur cette période concernent bien souvent moins d’une dizaine de jours ouvrés. Ces résultats et les premiers indicateurs avancés du mois d’avril laissent entrevoir un deuxième trimestre très largement historique.

…en savoir plus…

Publié le 7 mai 2020, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s