PME DETTE : SANS ÉQUIVALENT DEPUIS 1929 – Point marché #salledesmarchésarkea @cmarkea

               Source: arkea-sdm.com

Le FMI prévoit désormais une contraction du PIB mondial de 3,0% en 2020, soit le plus important choc depuis la « Grande Dépression » des années 1930, suivie d’une croissance de +5,8% en 2021, même s’il précise qu’un tel rebond de l’activité reste pour l’instant très incertain. Ce scénario central est globalement modéré dans la mesure où il n’intègre pas l’éventualité d’une seconde vague de la pandémie, qui pourrait conduire, selon l’Organisation internationale, à une nouvelle récession mondiale l’année prochaine. L’économiste en chef du FMI, Gita Gopinath, souligne toutefois qu’une telle croissance en 2021 ne permettrait pas de compenser le choc massif du coronavirus en 2020, qui devrait, dans le meilleur des cas, amputer le PIB mondial d’au moins 9 000 Md$ (8 200 Md€) sur deux ans, soit l’équivalent des PIB de l’Allemagne et du Japon combinés. Dans le détail, les économies avancées seront vraisemblablement les plus affectées, en particulier la Zone euro, compte tenu notamment de l’ampleur du choc sanitaire. Ainsi, le scénario le plus favorable du FMI prévoit une contraction de l’activité en 2020 de 5,9% aux Etats-Unis et de 7,5% en Zone euro, avec un repli du PIB de 9,1% en Italie, de 8,0% en Espagne, de 7,2% en France et de 7,0% en Allemagne. La production chinoise augmenterait quant à elle cette année de seulement de 1,2%. En 2021, l’activité rebondirait de 4,7% aux Etats-Unis et en Zone euro et de 9,2% en Chine.

En France, la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai conduit également le Gouvernement à revoir à la baisse sa prévision de croissance pour 2020 (-8%), de même que sa cible de déficit public (environ 9% du PIB). Pour rappel, la version
initiale de ce second projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2020 (deuxième depuis fin mars), présentée la semaine dernière, prévoyait une contraction de 6% du PIB et un déficit public aux environs de 7,6% du PIB à fin 2020. Même si aucune nouvelle prévision de dette publique n’est actuellement avancée (la précédente était de 112% du PIB à fin 2020), le Ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a souligné que la France n’avait jamais connu une telle dégradation des comptes publics depuis la Seconde Guerre mondiale, avec, d’un côté une perte de recettes fiscales d’environ 43 Md €, et de l’autre un plan de soutien de 100 Md€ (plus de 4% du PIB). Le déficit public pourrait même être encore plus important puisque le Gouvernement assure qu’il est disposé à augmenter cette enveloppe en cas de nouvelles dégradations des perspectives économiques.

…lie la suite…

Publié le 16 avril 2020, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s