Enquête flash : Le logement accompagné face à la crise sanitaire liée au COVID-19 @UnafoUnion

Source : UNAFO

L’Unafo a mené – du 21 au 23 mars 2020 – une enquête flash auprès de ses 140 adhérents, gestionnaires de logement accompagné (résidences sociales, pensions de famille, logements jeunes…). Ils ont été 50 à répondre très rapidement malgré la période. Elle en présente ici les principaux enseignements.

Quelques chiffres clés
– 16 % des répondants signalent des personnes infectées parmi leurs résidants et 19 % parmi leurs salariés ;
– Majoritairement ont été maintenues les activités liées à l’accompagnement des personnes, au nettoyage des parties communes, à la sécurité. Si les activités communes ont été arrêtées à l’unanimité, les 2/3 des adhérents ont également arrêté l’entrée de nouveaux résidants. L’accueil physique est maintenu dans 46 % des cas ;
– Si les adhérents ont majoritairement pu équiper leurs salariés de gants (75 %) et de gel (67 %), en revanche la situation est très différente pour les masques : seulement 40 % des adhérents, bien qu’ils accompagnent souvent des publics à risques, ont pu équiper leurs salariés de masques ;
– Plus de la moitié des répondants (51 %) doit faire face à un absentéisme inhabituel, principalement en raison des difficultés liées au garde d’enfants, mais la plupart du temps toutes les causes s’additionnent ;
– Près des 2/3 des adhérents répondent avoir recours ou pensent recourir à une activité partielle.

Aperçu des principales difficultés rencontrées
L’enquête menée auprès des adhérents de l’Unafo montre des difficultés de plusieurs ordres :
– Une incertitude pour les résidants quant à leur situation financière, notamment en raison de l’activité partielle ou de l’arrêt total d’activité, notamment pour les intérimaires. Les difficultés rencontrées sont liées à l’arrêt de l’activité pour un grand nombre d’entre eux et un manque d’information sur les conséquences liées à leur emploi (salaire fin mars, salaire fin avril), une impossibilité pour nombre d’entre eux de se tourner vers les administrations ad-hoc en capacité de les accompagner dans ce cadre (Missions Locales, Pôle Emploi, CCAS …) et l’arrêt des aides d’urgence en cours de réorganisation (aide alimentaire, fonds d’aide aux jeunes) ;

….lire la suite…

Publié le 14 avril 2020, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s