Après la BCE, la Fed sort son bazooka monétaire – Point marché #salledesmarchésarkea @cmarkea

               Source: arkea-sdm.com

En Europe, les rendements obligataires souverains ont nettement diminué depuis les dernières annonces de la BCE (18 mars), malgré une légère augmentation ce mardi suite à la forte déception suscitée par la publication des premiers indicateurs conjoncturels pour le mois de mars. En effet, les données d’enquête PMI montrent une très nette contraction de l’activité du secteur privé en Zone euro de mars, notamment dans le secteur tertiaire. En France, l’indice composite (services et le secteur manufacturier) se contracte plus fortement qu’anticipé et touche un plus bas historique (30,2 après 52 et contre 39,6 attendu ; 50 marque la limite entre expansion et contraction de l’activité attendue). L’enquête est moins alarmiste pour l’Allemagne, même si le PMI composite (37,2 après 50,7 en février et 40,6 attendu) replonge à un niveau sans précédent depuis 2009. Par ailleurs, après avoir annoncé un plan de soutien de 750 Md€, le Gouvernement allemand affirme qu’il reprendra sa politique de consolidation des Finances publiques dès la fin de la crise du coronavirus, avec un retour rapide vers la doctrine du « zéro déficit ». Le Ministre de l’Economie allemand, Peter Altmaier, rejette également les appels d’autres pays européens concernant l’émission conjointe de dette « Eurobond » visant à financer cette crise sanitaire d’une ampleur inédite.

Depuis l’annonce le 18 mars d’un plan de soutien monétaire « bazooka » en Zone euro, les rendements à 10 ans du Bund allemand et de l’OAT française ont diminué de près de 20 points de base et évoluent respectivement ce mardi autour de -0,34% et +0,17%. Ce mouvement est encore plus marqué sur les obligations italiennes de même échéance qui reculent de 70 pb.

Dans le sillage de la BCE, la Reserve fédérale américaine sort à son tour son bazooka monétaire : Jerome Powell annonce ne plus mettre de limite aux achats d’actifs de la Fed, dont les critères d’éligibilité ont en outre été considérablement élargis. Ce nouveau soutien inclut désormais les prêts étudiants, le crédit à la consommation, des prêts relais, les prêts garantis par l’Etat aux petites entreprises, ainsi que les obligations émises par des grandes entreprises. Un autre dispositif dénommé « Main Street Business Lending Program », qui visera à augmenter les prêts aux petites et moyennes entreprises, sera annoncé prochainement. Ces nouvelles annonces de la Fed ont engendré une légère diminution des primes de risque sur le marché du crédit aux entreprises américaines.

…en savoir plus…

Publié le 25 mars 2020, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s