L’Union sociale pour l’habitat & la fondation Abbé Pierre : 38 propositions pour donner un 2nd souffle au Logement d’abord @UnionHLM @Abbe_Pierre

Source : Union Sociale pour l’Habitat

Alors qu’un acte 2 du plan Logement d’abord a été lancé en septembre 2019, la Fondation Abbé Pierre (FAP) et l’Union sociale pour l’habitat (USH) appellent le Gouvernement à prendre ses responsabilités pour passer de l’expérimentation à la généralisation.

Pour éviter de reproduire l’enlisement du premier plan Logement d’abord initié en 2009 et de constater le même découragement des acteurs, la FAP et l’USH mettent en évidence 38 pistes d’amélioration des dispositifs actuels et appellent l’État à s’en saisir, sans transférer une nouvelle fois ses responsabilités sur les acteurs du logement.

Ces 38 propositions très concrètes s’articulent autour des objectifs suivants :

  • Démultiplier les territoires d’innovation en poursuivant le financement des territoires de mise en œuvre accélérée jusqu’en 2022.
  • Accompagner l’évolution de la culture des acteurs pour une meilleure prise en compte de la philosophie du Logement d’abord en ouvrant le club qui réunit les territoires de mise en œuvre du Logement d’abord aux représentants des partenaires nationaux (fédérations d’associations, Mouvement Hlm…).
  • Renforcer les moyens d’action donnés aux services intégrés de l’accueil et de l’orientation (SIAO) en développant de nouveaux partenariats par l’élargissement de leur gouvernance à de nouveaux acteurs.
  • Produire des logements accessibles aux personnes les plus pauvres en augmentant progressivement l’objectif de production de PLAI de 40 000 à 60 000 par an, dont la moitié de « super PLAI » avec des loyers proches des plafonds APL, grâce à un financement renforcé issu du FNAP.
  • Expérimenter la création de fonds régionaux de remise de quittance Logement d’abord pour le parc social, financés par l’État, les collectivités locales qui le souhaitent et d’autres partenaires.
  • Renforcer l’accompagnement social « Logement d’abord ».
  • Favoriser l’attribution des logements sociaux aux personnes sans domicile et hébergées.
  • Faciliter les régulations administratives.
  • Agir avec les personnes dès leur séjour à la rue.

Les prochaines échéances électorales constituent par ailleurs une véritable occasion de susciter l’intérêt de nouveaux élus locaux, à condition que l’État les encourage.
Il est donc urgent que l’État se saisisse des conditions de réussite d’une politique du logement des personnes défavorisées, à bout de souffle depuis des années et fragilisée par les dernières décisions politiques en matière de logement et d’aides au logement.

…lire la suite…

Publié le 13 février 2020, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s