Logement : recul des ventes en début d’année @Fpi_fr

1ER TRIMESTRE 2018 : UNE DEMANDE QUI RESTE FORTE AVEC DES SIGNES D’INFLECHISSEMENT FACE A UNE OFFRE TOUJOURS TROP CONTRAINTE.

Source : Fédération des Promoteurs Immobiliers

La FPI, regroupant les promoteurs immobiliers de France en logement et en immobilier d’entreprise, publie les chiffres du 1er trimestre 2018 de son observatoire statistique national, baromètre des indicateurs avancés en logement dans toutes les régions de France, lancé en 2010.

Au premier trimestre 2018, les indicateurs du logement neuf sont satisfaisants en niveau, mais sont en baisse. Les ventes sont stables sur 12 mois glissants, ralentissent en début d’année (-10,2 %), et les mises en vente marquent le pas (-14 %) du fait d’une offre toujours trop contrainte. Le projet de loi ELAN doit permettre de libérer davantage la construction pour mieux satisfaire la volonté des ménages de se loger dans le neuf.

Les ventes de logements neufs restent élevées mais marquent le pas au premier trimestre

Au 1er trimestre 2018, les réservations de logements neufs restent nombreuses (31 500 logements), mais s’inscrivent en retrait par rapport au 1er trimestre 2017 (-10,2 %). Sur 12 mois glissants, le volume des ventes est stable.

Ce ralentissement en début d’année concerne particulièrement les ventes en bloc (-19,3 %), après une année 2017 où leur forte croissance (+30,5 %) avait porté l’augmentation globale des ventes (+5,9 %). Les deux principaux facteurs d’explication sont une baisse conjoncturelle après de fortes ventes aux organismes HLM en fin d’année 2017 et la réorganisation en cours du secteur HLM, qui reconfigure sa politique d’investissement. L’aboutissement de cette réforme permettra sans doute d’atteindre les objectifs de production.

Les ventes au détail, quant à elles, baissent de 9,4 % par rapport au premier trimestre 2017, après une année 2017 où elles n’ont augmenté que de 1,1 % : la demande des particuliers reste forte (25 826 logements sur 3 mois), mais se tasse tant pour les investisseurs (-7,4 %) que pour les accédants (-11,4 %). Pourtant, les données de marché n’ont pas significativement évolué début 2018 (stabilité des taux, prorogation des soutiens de la demande). L’explication est probablement à rechercher dans le niveau des prix, qui augmentent de 3 % par rapport au premier trimestre 2017, dans un discours ambiant de stigmatisation de l’immobilier injustement avec la création de l’IFI et dans un contexte d’attentisme face à la loi ELAN.

Une difficulté croissante pour renouveler l’offre

Publié le 22 mai 2018, dans Actualités, Immobilier, logement, Promotion, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s