Pas de temps à perdre pour le monde HLM ! @_GEFILS

> Pour en savoir plus sur GEFILS et/ou vous abonner à l’EHebdo, rendez-vous sur www.gefils.fr, ou contactez schoepfer.a@gefils.fr

Le choc de l’offre n’a fait baisser ni le prix du foncier, ni celui des logements. Et pourtant, 2017 aura été l’année de tous les records avec 952.000 ventes dans l’ancien et 500.000 demandes d’autorisation de construire accordées pour 400.000 mises en chantier. De quoi rendre serein plus d’un ministre du Logement.

Mais, derrière l’euphorie, on pouvait décelé quelques signes avant-coureurs de moments plus sombres. Tant dans l’ancien que dans le neuf, le marché du second semestre 2017 a émis quelques alertes, rappelant que le choc de l’offre ne s’était pas encore fait ressentir suffisamment fortement et que la bonne santé du marché n’était peut-être que conjoncturelle.

Dans les mois qui ont suivi l’élection du Président Macron, les choses se sont accélérées et que tout à coup, ressuscitant le choc de l’offre, on a mis en chantier une loi logement dans une perspective de libéralisation de l’économie et du marché du logement se traduisant en moins de subventions et d’aides, et plus de liberté.
Au chapitre des subventions et des aides, le mouvement HLM a fait les frais des mesures autoritaires de l’article 52 de la loi de finances et va devoir se serrer la ceinture en s’organisant pour baisser drastiquement à la fois les loyers de ses locataires et ses coûts de fonctionnement.
Au chapitre de la libération des marchés, l’Etat s’engage sérieusement, semble-t-il, dans la mobilisation du foncier et dans l’allègement au moins temporaire de la taxation des plus-values de cession foncières. Il prolonge son « action libératrice » par un allègement voire un gel des normes de construction et une simplification des demandes d’autorisation de construire.
Contrairement à ce qui s’était passé il y a cinq ans, les mesures feront l’objet d’une concertation, mais dans des délais contraints, et elles seront prises dans la foulée par ordonnances, donc sans discussion.
Il n’y a en effet pas de temps à perdre. Le monde HLM va avoir au maximum deux ans pour se réorganiser et même si elles sont prises dans les trois mois qui viennent, les mesures de libéralisation ne produiront que progressivement leur choc sur l’offre.

…lire la suite sur www.gefils

Publié le 17 janvier 2018, dans Actualités, logement, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s