Vers une double évolution des missions confiées aux organismes HLM @wavestoneFR

Source : Le Blog Immo

Le Président de la République a affirmé récemment qu’il souhaitait que la priorité soit donnée au « Logement d’abord », c’est-à-dire aux dispositifs et actions qui visent à favoriser les sorties d’hébergement d’urgence et l’entrée directe dans le logement de droit commun (avec la mise en place de solutions d’accompagnement social dans le logement).

Le mouvement Hlm, qui avait inscrit son programme « 10 000 logements accompagnés » dans le Pacte d’objectifs et de moyens conclu entre l’Etat et l’USH pour la période 2013 – 2015, entend de son côté amplifier les effets de ce programme, conçu pour tenir compte des évolutions profondes de la société française et de la précarisation des situations de vie qui impactent, de fait, l’occupation du parc social et soulèvent des questions quant à la vocation même du logement social.

Dans un contexte de crise économique durable, différents facteurs se conjuguent en effet pour faire du parc social le lieu d’accueil des ménages les plus modestes et les plus fragiles qui, du fait de parcours bouleversés par les accidents de la vie, de la perte de liens sociaux et familiaux ou encore de fragilité psychique, entrent dans la spirale de l’exclusion. Cette réalité conduit les organismes Hlm à renforcer leurs missions sociales, au-delà d’une gestion locative « classique ».

Dans le cadre du droit au logement opposable (DALO) ou, plus récemment, de la loi Egalité et Citoyenneté et de la loi de finances pour 2018, le législateur a par ailleurs positionné les organismes Hlm comme des acteurs majeurs de la solidarité nationale à l’égard des plus fragiles.

Ainsi, alors qu’elle est historiquement généraliste, la vocation du parc social tend progressivement à être spécialisée pour apporter prioritairement une réponse aux besoins des publics en difficulté. On voit progressivement se dessiner l’objectif que plus aucun ménage ne soit exclu du parc social du fait de ressources trop faibles ou d’une incapacité à occuper un logement ordinaire de manière autonome, dans l’esprit d’un droit au logement, et à l’accompagnement, de tous les citoyens.

Les missions, les métiers et les organisations des bailleurs sociaux évoluent donc en conséquence.

…lire la suite…

Publié le 12 janvier 2018, dans Actualités, Habitat, hlm, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s