L’exploit de François Gabart salué @trimaranMACIF

logo_macif

Source : MACIF

De près, de loin, tous ont gardé un œil avisé sur la course au record menée par François Gabart. Ils partagent leur point de vue.

Jean-Bernard Leboucher, Directeur sponsoring voile MACIF : « L’idée était que François exploite à fond le potentiel de son bateau, tout en respectant sa devise, écrite sur les parois de son bateau : « Fast but not furious ». Il fallait deux ans pour fiabiliser le bateau et le rendre quasiment parfait. Nous avions l’avantage de savoir déjà qu’il était bien né. Et c’est cette fiabilité qui fait que François a pu, tout au long du tour du monde, pousser le bateau plus loin et plus longtemps que jamais. Le mot est de lui : il aime faire des choses ‘raisonnables’, ce qui n’est pas le mot qui nous viendrait à l’esprit spontanément lorsque nous pensons à tout ce qu’il a donné, mais cela illustre les choix météo qu’il a faits avec Jean-Yves Bernot. Jamais le trimaran est allé se frotter aux pires conditions d’un système météo et, lorsqu’il a fallu se dérouter légèrement pour échapper au pire d’un système, François n’a pas hésité à le faire, sans perdre vraiment de vitesse. Sa performance prouve aussi qu’on peut obtenir des résultats remarquables en ayant une gestion prudente, en cherchant la vitesse tout en épargnant le bateau de ce qu’il pourrait avoir à endurer. Depuis le jour où François est venu nous présenter sa candidature dans le cadre du Skipper MACIF, en nous parlant de Vendée Globe alors que nous lui proposions d’apprendre le large sur un Figaro Bénéteau 2, il n’a cessé de progresser, pour exploiter au mieux tous les talents qui le caractérisent ».

Roland Jourdain, co-dirigeant de l’écurie de course au large Kairos : « Ce qui caractérise François ? Je n’ai pas vraiment de qualificatif, mais il incarne ce qui porte un monde nouveau : rien n’est impossible. Je me rappelle que, lors Bruno Peyron s’empare du Trophée Jules-Verne en moins de 80 jours, nous trouvions déjà ça incroyable. Aujourd’hui, un solitaire tourne autour de la planète en un peu plus de 42 jours. Ça fait tellement de bien de faire sauter les plafonds de verre ! Il y a des paliers dans l’histoire de la course au large, François vient d’en franchir un. C’est le résultat d’un cumul de connaissances qui se rejoignent autour d’un projet collectif, c’est très vertueux »

Lire la suite de l’article

 

Publié le 21 décembre 2017, dans Etonnez moi, fnmf, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s