Les ESH ont fêté leurs 90 ans avec Christophe Guilluy @federationESH

Source : Caisse des Dépôt des territoires

Les 230 entreprises sociales pour l’habitat, qui logent aujourd’hui 5 millions de personnes, ont fêté le 22 juin leurs 90 ans, lors de l’assemblée générale de leur Fédération. L’activité des ESH se manifeste en 2016 par une accélération des mises en chantier de construction locative, en hausse de 9% par rapport à 2015. Le parc locatif, de 2,4 millions de logements, a ainsi augmenté de 83.000 logements. Celui de l’accession sociale a un peu grossi également, avec 3.090 logements commercialisés en 2016, dont 1.980 en location-accession et 1.110 en Vefa. 

La vacance des logements dans les ESH est quasi stationnaire (3,8% contre 3,9% en 2015) et le taux de mobilité des locataires aussi avec 9,7% contre 10% en 2015. Il s’agit pourtant d’un « niveau historiquement bas », estime la Fédération, qui rappelle dans son rapport Analyses et Statistiques que le taux était de 10,2% en 2007. Cette baisse de mobilité est observée dans toutes les régions, sauf en Bretagne. Elle a été « significative » en Pays de Loire, Auvergne-Rhône-Aples et Grand Est, tandis que les DOM et l’Ile-de-France restent « les zones les moins fluides ».
Pour Christophe Guilluy, « la politique de la ville crée de la classe moyenne depuis 30 ans »
« Déduction faite de 27.000 départs de locataires par mutation interne dans le patrimoine, près de 184.000 départs ont été recensés en 2016 », précise le rapport. Du côté des entrants, la Fédération des ESH constate que deux nouveaux entrants sur trois vivaient, en 2016, en dessous du seuil de pauvreté. 

Une statistique qui vient étayer le discours de Christophe Guilluy invité ce jour-là par les ESH. L’expert en « géographie sociale », ainsi qu’il se présente, se félicite que les habitants des ZUS (aujourd’hui QPV/quartiers prioritaires de la politique de la ville) soient « les plus mobiles de France ». C’est que, selon lui, les ZUS jouent toujours leur rôle de « sas » dans le cadre d’un parcours résidentiel ascendant. « La politique de la ville crée de la classe moyenne depuis 30 ans sans qu’on ne le mesure, puisque les statistiques portent sur les stocks et non sur les flux », estime-t-il. …en savoir plus….

Publié le 25/06/2017, dans Actualités, Habitat, hlm, logement, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s