« J’ACHÈTE EN VILLE »: Une plateforme qui fédère tous les commerçants #ArkeaImmobilier @cmarkea @AnneTHOREZ

j'achète en ville livre blanc « J’achète en ville » accompagne les commerçants dans leur transformation digitale en leur proposant une solution regroupant une place de marché, des opérations d’animation et des outils de formation. Rencontre avec Anne Thorez, fondatrice de cette start-up située à Wambrechies, dans les Hautsde- France.

En 2013, Anne Thorez se lance avec ses propres deniers dans l’élaboration d’un projet de plate-forme, fédérant les commerçants indépendants et les artisans sur un territoire donné. L’élaboration du cahier des charges prend deux ans. « En 2013, lorsque je rencontrais les commerçants, ils me prenaient un peu pour une extraterrestre, se souvient-elle. En 2014, il y a eu une prise de conscience, avec l’arrivée en force des « grands » du commerce en ligne. D’autant que les commerçants commençaient aussi à utiliser leurs services ». Hasard du calendrier, en 2014, Anne Thorez rejoint l’équipe de Vincent Ledoux, maire de Roncq, en tant que conseillère municipale. Roncq est une commune de la Métropole Européenne de Lille (MEL).

Le projet évolue, s’affine, notamment sur les services aux commerçants et leur accompagnement. Il n’y a pas de vente en ligne à proprement parler. « Nous avons par exemple créé un mini-studio photo pour leur permettre de valoriser leurs produits. Nous les aidons aussi dans le choix des mots, de la syntaxe et surtout, je mets un point d’honneur à les sensibiliser à « l’inbound marketing », autrement dit comment attirer le client dans son magasin mais aussi à bien connaître leurs clients pour mieux les satisfaire, pour les orienter vers les produits qui leur conviennent. Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui, nous avons affaire à des “conso – acteurs” qui, lorsqu’ils achètent de la viande chez leur boucher veulent des idées de recettes, savoir quel vin servir, et également connaître la provenance de l’animal. Nos plates-formes intègrent ce type d’ informations. Derrière ces plates-formes et la technologie, il y a le contenu, encore plus important. Il serait très facile de dire aux commerçants : “Voici vos codes d’accès, à vous de jouer”. Mais la réalité, c’est que cela ne marche pas car les commerçants ne sont pas des professionnels de l’information et ils ont besoin de conseils et d’accompagnement ».

Ceci est un extrait du nouveau livre Blanc publié par Arkéa Banque E&I  >>> Réservez dés maintenant un exemplaire de « Regards sur nos commerces »

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Publié le 13 juin 2017, dans commerces, Etonnez moi, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s