Le coworking casse les codes de l’immobilier tertiaire @Demain_la_Ville @Bouygues_Immo

    Source : demainlaville.com

 

Le coworking casse les codes de l’immobilier tertiaire traditionnel, et avec goût. De nombreux espaces ont déjà essaimé dans Paris, comme l’Anticafé, le Lawomatic ou le NUMA.

Le quartier de La Défense, fer de lance de trente glorieuses aujourd’hui révolues, n’échappe pas à cette dynamique et s’adapte aux besoins de flexibilité d’une nouvelle génération de travailleurs. Ils sont informaticiens, graphistes, consultants, rédacteurs ou bien encore auto-entrepreneurs ; la mutualisation des compétences ou le partage des expériences leur importe plus que le confort matériel apporté par le bureau classique, qu’ils considèrent comme désuet.

D’après une étude menée en Île-de-France par l’agence WeDoData, 92% des usagers du coworking y ont recours pour agrandir leur cercle social et 80% le font pour développer leur cercle professionnel. 75% optent pour cet environnement de travail pour augmenter leur productivité et 38% y voient un moyen de faire croître leurs bénéfices. Le montant des loyers reste aussi déterminant. Marie Varasson, journaliste au Nouvel Économiste, rappelle que « deux mètres carrés en fixe à la Défense se louent entre 600 et 800  euros [par mois] selon l’immeuble, tandis que le prix d’un poste en coworking démarre à 280  euros. »   …lire la suite…

Publié le 20/03/2017, dans Actualités, Immobilier, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s