De nouveaux immeubles façon Rubik’s cube

Source : Hub ICADE

Les bâtiments doivent avoir la capacité de s’adapter à la demande à venir.

C’est dans cette optique que le groupe SNI propose la réalisation d’immeubles mixtes réversibles, pouvant aussi bien abriter des bureaux que des logements, dans des proportions ajustables en fonction des contextes et de l’évolution des besoins. Premier projet dans le quartier Brazza, à Bordeaux.

Les enfants grandissent, s’en vont et les parents se retrouvent avec des chambres vides. Au contraire, un jeune couple a besoin, au fil des naissances, de plus de place. C’est à ces éventualités – et bien d’autres – qu’a pensé le groupe SNI, spécialisé dans l’immobilier locatif social et intermédiaire, en mettant au point, avec l’architecte Marc Barani, son concept de bâtiment flexible. En fait, « c’est bien plus que cela », relève Didier Bellan, pilote du projet à la SNI Sud-Ouest.

Au départ, il y a eu la volonté de la ville de Bordeaux de développer des bâtiments superposant activités artisanales, parking en étage, bureaux et logements. « Ce type de mixité verticale est rare en France », constate Didier Bellan, en précisant que plus la mixité est recherchée à une échelle fine, comme celle de l’immeuble, plus flexibilité et réversibilité (autrement dit le potentiel de transformation des espaces et des usages) constituent des paramètres essentiels, car les ajustements rendus possibles permettent une meilleure maîtrise des risques. Autre fondement du projet, la mutualisation d’espaces. Elle concerne les places de parking, mais pas seulement. Les habitants qui partent travailler ailleurs libèrent leur place, qui peut être utilisée par les salariés des bureaux qu’abrite le bâtiment. Un prestataire s’occupera de la gestion du stock de créneaux de stationnement disponibles en temps réel.

La mutualisation concerne également les logements. Conçus pour être « élastiques » (agrandis ou rétrécis), ils pourront s’adapter aux besoins des occupants grâce à la possibilité de basculer des pièces entre logements. Ils sont également voulus « extensibles », donnant l’occasion de composer un espace de vie sur mesure en louant à la carte des « pièces en plus » (bureau/atelier, cellier ou chambre d’amis) pour la journée, la semaine ou plus longtemps. « Au Royaume Uni, pour enrayer la sous-occupation des grands logements du parc social, une taxe a été instaurée sur les chambres inoccupées », note Didier Bellan. Pour conjuguer meilleure réponse aux besoins et gestion optimale, le groupe SNI opte pour une autre solution, la flexibilité…

Pour cela, évidemment, il a fallu penser en amont toute la structure en concevant un procédé constructif innovant (voir interview ci-dessous) et faire en sorte, par exemple, que la position des chambres permette leur raccordement à deux appartements. « Nous organisons des côtoiements favorables » précise le chef de projet, entre types d’appartements et profils de locataires, comme un jeune couple à coté d’une famille dont les enfants sont déjà grands.

…lire la suite…

>De Leblogdesinstitutionnels     @royojm    @AlexandraPoloce   
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Publié le 22 décembre 2016, dans Etonnez moi, logement, Promotion, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s