Les Français, leur épargne et leur retraite

retraite ag2r

Les résultats sont en ligne sur le site du Cercle de l’épargne

Le report de l’âge de départ à la retraite fait toujours débat au sein de la population française. Mais, d’après les résultats de l’enquête 2015 du Cercle de l’épargne publiée ce mercredi 24 juin 2015, 51 % des actifs seraient prêts à accepter de travailler jusqu’à 65 ans pour avoir une meilleure retraite contre 49 % qui ne le souhaitent pas. Une position qui tient sans doute à la crainte de ne pas disposer de revenus suffisants à la retraite : plus de quatre actifs sur cinq estiment que leur pension sera insuffisante.

L’enquête 2015 du Cercle de l’épargne, confirme les inquiétudes régulièrement exprimées par les Français au sujet de leur retraite : 81 % des actifs interrogés estiment que leur future pension sera insuffisante et 61 % expriment le même jugement. Alors que les partenaires sociaux sont en discussion pour décider des mesures susceptibles de garantir l’avenir des régimes de retraite complémentaire et que l’une des options sur la table est l’application d’abattements sur les pensions avant 65 ans, 51 % des actifs se disent prêts à accepter de travailler jusqu’à cet âge pour avoir une meilleure retraite. Pour autant, deux tiers des personnes interrogées pensent qu’au moment de liquider leurs droits à retraite, l’âge de départ sera fixé à 65 ans, voire davantage. Ce sont d’ailleurs « les revenus les plus faibles [moins de 2000 euros] qui s’y déclarent le plus volontiers prêts pour compenser un niveau de vie trop faible », notent les auteurs de l’enquête 35 % prêts à cumuler emploi et retraite  14 % C’est la part de retraités qui continuent d’épargner régulièrement pour leur retraite (40 % déclarent le faire « quand c’est possible »).

Assez logiquement, une majorité d’actifs interrogés (59 %) anticipent une baisse de leur niveau de vie au moment de la retraite. Le cumul emploi-retraite est envisagé par plus du tiers de ces personnes (35 %). C’est une proportion importante, « mais qui appelle à une certaine prudence « dans la mesure où les interviewés n’intègrent pas forcément un report de l’âge légal actuel au-delà des 62 ans ».

Pour compenser la baisse annoncée du taux de remplacement, près de six Français sur dix (57 %) et un jeune (moins de 35 ans) sur quatre déclarent épargner en vue de leur retraite, mais cette proportion tombe à un quart si l’on ne retient que ceux qui le font de manière régulière. Le moyen le plus prisé d’épargner en vue de la retraite reste pour les Français l’acquisition de la résidence principale (pour 65 % d’entre eux), tandis que l’épargne financière est citée devant l’investissement locatif.

14 %  C’est aussi la part de Français qui estiment que la prise en charge de la dépendance devrait incomber à l’entreprise.

Près des trois quarts des Français jugent probable ou certain de se retrouver en situation de perte d’autonomie. Aux yeux des Français, les porteurs « naturels » de ce risque sont l’État (42 %) et les régimes sociaux (39 %), mais un peu plus d’un Français sur quatre (27 %) estiment que la souscription d’une assurance dépendance est une solution. Seules 10 % des personnes interrogées souscriraient « certainement » à une assurance spéciale qui serait à prendre au moment du passage à la retraite (27 % chez ceux qui sont « certains » de tomber en dépendance), quand un peu moins de la moitié (46 %) déclarent l’envisager (déclarant « probable » une telle souscription). Le recours sur succession reste une option majoritairement rejetée par les Français : 67 % d’entre eux estiment que cette mesure n’est « pas normale ».

Le produit d’épargne retraite idéal

Quel est le profil du produit d’épargne que recherchent avant tout les Français ? Ceux-ci donnent la priorité à la sécurité (38 %) et à la liquidité (35 %), deux critères qui arrivent avant le rendement (27 %), même si 87 % des Français jugent « insuffisante » la rémunération actuelle de l’épargne. Deux tiers des épargnants jugent intéressante l’assurance vie et la placent loin devant les autres placements. Mais 69 % des détenteurs d’actions considèrent également ce placement intéressant.

Un peu plus du quart des Français (26 %) et plus du tiers (36 %) des épargnants sont prêts à souscrire en ligne à un produit d’épargne afin de réduire les frais d’entrée (43 %) et gagner du temps (32 %). Une majorité de Français (53 %) juge également souhaitable le développement du financement participatif (crowdfunding).

(1) L’enquête Les Français, leur épargne et leur retraite a été réalisée sur internet du 11 au 18 mai 2015 auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Le terrain d’enquête a été confié à l’Ifop.

> Télécharger le communiqué de presse

> Source : http://cercledelepargne.com/

> Source : http://pressentinelle2.blogspot.fr/

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Publié le 16 juillet 2015, dans Actualités, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s