BCE : nouvel assouplissement de la politique monétaire anticipé

financial statement with calculator and penRetrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA

La réunion mensuelle de la BCE jeudi et le rapport du mois de mai sur l’emploi aux États-Unis vendredi sont très attendus

Zone euro : un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BCE est anticipé

Trois jours avant le Conseil mensuel des gouverneurs de la BCE, les indicateurs européens plaident pour des mesures de détente monétaire. En effet, l’enquête Markit auprès des directeurs d’achat du secteur privé en mai montre un ralentissement de la croissance dans l’industrie en Zone euro. L’indice PMI est ressorti à 52,2 après 53,4 en avril et 52,5 prévu, restant cependant en zone d’expansion (>50) pour le 11è mois consécutif. Le ralentissement touche également l’industrie allemande, avec un indice PMI au plus bas depuis 7 mois (52,3 en mai, 54,1 en avril, 52,9 attendu). Par ailleurs, les premières données sur l’inflation en mai signalent un nouveau fléchissement, plus marqué que prévu. Les prix à la consommation en Allemagne ont baissé de 0,3% sur un mois et la hausse sur un an n’atteint que 0,6% en données harmonisées, au plus bas depuis 4 ans. En Espagne, les prix n’ont augmenté que de 0,2% sur un an et en Italie, le rythme annuel d’inflation s’est établi à 0,4% à fin mai. Les anticipations des investisseurs pour une baisse des 3 taux directeurs de la BCE, qui porterait notamment le taux de dépôts en territoire négatif, et/ou des mesures ciblées destinées à relancer le crédit, se trouvent donc renforcées par ces derniers chiffres.

États-Unis : le PIB a finalement reculé de 1,0% au premier trimestre, en raison de circonstances exceptionnelles

La 2è estimation du PIB américain du 1er trimestre a été bien inférieure au chiffre prévu puisqu’elle montre que l’économie s’est contractée sur les 3 premiers mois de l’année, à -1,0% en rythme annualisé, contre -0,5% attendu et +0,1% annoncé en première estimation. Les conditions climatiques extrêmes pendant l’hiver ont fortement freiné la production et les investissements, qui ont reculé au total de 1,6% sur le trimestre, dont 5,0% dans le secteur résidentiel. La faible accumulation de stocks par les entreprises a retranché 1,62 point de pourcentage au PIB et le déficit du commerce extérieur a par ailleurs enlevé 0,95 point à la croissance.Toutes les composantes de la demande ont ainsi pesé sur la croissance au 1er trimestre, à l’exception de la consommation des ménages, qui a progressé de 3,1%. Mais les économistes relativisent la portée de cette contraction du PIB, due en grande partie à des conditions exceptionnelles, et anticipent un rebond de la croissance au second trimestre. Les indicateurs d’emploi continuent à se redresser, comme les demandes hebdomadaires d’indemnités-chômage, qui ont reculé à leur plus faible niveau depuis novembre 2007, à 300 000 contre 318 000 prévu. Le rapport sur l’emploi du mois de mai est attendu vendredi.

>En savoir plus : Consulter la note en PDF

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google

<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Publié le 3 juin 2014, dans Actualités, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s