Zone € écart croissant entre économies française et allemande : focus sur les marchés

Retrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA.

Cette fois, la proche réduction des achats d’actifs de la Fed n’entraîne ni flambée des taux d’Etat ni correction des indices actions

Zone euro : Les indices PMI des directeurs d’achats en nov. confirment l’écart croissant entre les économies française et allemande

Le PMI composite de la Zone euro, qui regroupe les PMI manufacturier et des services, a glissé de 51.9 en octobre à 51.5 en nov., entraîné vers le bas par les PMI français. Le PMI des services français a ainsi replongé en zone de contraction en nov., à 48.8, alors qu’il était repassé en zone d’expansion les 2 mois précédents. De même, le PMI manufacturier s’enfonce davantage en zone de contraction, à 47.8, où il se trouve depuis 21 mois consécutifs. Les PMI allemands, à l’inverse, poursuivent leur hausse en zone d’expansion. Le PMI des services, en particulier, surprend par sa vigueur et se rapproche de ses niveaux de février. Le PMI composite allemand ressort ainsi à 54.3 en novembre. Ÿ L’excédent de liquidités en Z.E est tombé à 159 Md€ la semaine dernière, du fait de la poursuite des remboursements des 2 LTRO par les banques auprès de la BCE. L’ampleur de la hausse de l’Eonia (de 0.079% le 15/11 à 0.132% le 25/11) semble néanmoins suggérer qu’un effet « passage de fin de mois » s’ajoute à celui de la réduction de l’excédent de liquidités, dans un contexte de politique monétaire très accommodante menée par la BCE.

Etats Unis : De nombreux membres de la Fed souhaitent un ralentissement de ses achats mensuels d’actifs lors des prochains mois

ŸLes minutes de la réunion de la Fed des 29 et 30/10 ont révélé que de « nombreux membres » du comité de politique monétaire étaient favorables, lors des toutes prochaines réunions, à une réduction des achats d’actifs mensuels de la Fed, si les conditions économiques le justifiaient. Ils ont tout particulièrement discuté de la communication à ce sujet (calendrier officiel, instauration d’une règle automatique, répartition de la réduction des achats entre les titres d’Etat et les titres adossés au secteur immobilier), afin de prévenir une remontée brutale des taux d’Etat à 10 ans américains. La Fed insiste surtout sur l’absence de lien entre ralentissement de son programme d’assouplissement quantitatif et hausse de taux directeurs. De plus, le passage du taux de chômage sous le seuil des 6.5% n’entraînera pas de hausse automatique du taux directeur.

Autres : Pétrole : Un accord a finalement été conclu entre l’Iran et les pays occidentaux le 24/11, pour une période probatoire de 6 mois. En échange de la limitation de l’enrichissement d’uranium de l’Iran, ce dernier a obtenu un allégement des sanctions à son égard. Le cours du Brent a alors chuté de plus de 3$ par baril à 108$ le 25/11. Il a retrouvé ses niveaux antérieurs à l’accord ce même jour, lorsque les investisseurs ont réalisé que les quotas de production de pétrole iraniens demeuraient et ne remettraient pas en cause l’équation offre et demande à court terme.

> En savoir plus : consulter la note en PDF 

Publié le 28 novembre 2013, dans Du côté des marchés, et tagué , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s