Les premières éoliennes dans le vent francilien

Les premières éoliennes dans le vent francilien

Elles arrivent en Île-de-France : trois éoliennes construites à Pussay dans l’Essonne, commenceront à produire de l’électricité dès cet été.

Photos : © Cyrus Cornut / Picture Tank
Pour l’instant, elles ne tournent pas. Leurs mâts fièrement dressés au milieu des champs de céréales essonniens attendent les pales qui, en tournant, produiront de l’électricité dès cet été. Les éoliennes en cours de montage sur la commune de Pussay (91) sont les premières d’Île-de-France. Deux champs plus loin, c’est déjà l’Eure-et-Loir, où d’autres éoliennes se dresseront bientôt à Oysonville et Gommerville : à terme, le Parc éolien des Gargouilles, qui s’étend sur les deux départements, en comptera 16. La production annuelle est estimée à 95 millions de kWh, soit la consommation annuelle d’environ 42.000 personnes. Une production propre qui permet d’éviter chaque année les émissions de CO2 correspondant à 15 000 voitures !
Photos : © Cyrus Cornut / Picture Tank

Jean-Paul Huchon, président de la Région Île-de-France, et Hélène Gassin, vice-présidente chargée de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie, invités à visiter les toutes nouvelles installations, ont réaffirmé leur soutien à l’éolien. « Un soutien politique fondamental, et un travail déterminant d’information et de promotion auprès des maires d’Île-de-France », a précisé le Président.

Quatre dossiers en cours en Île-de-France

L’Île-de-France bénéficie pourtant d’atouts, comme la surface agricole, et surtout, le vent, avec trois grandes zones particulièrement propices : la Beauce en Essonne, justement du côté de Pussay, et, en Seine-et-Marne, le Gâtinais au sud et la Brie à l’est. Si la région peine à développer l’éolien, c’est notamment à cause du problème de la disponibilité du foncier, et de la présence de nombreux monuments et sites classés, le tout dans un cadre réglementaire qui impose une distance de 500 mètres entre les éoliennes et les habitations. Actuellement, sur 10 dossiers de demandes de zones de développement éolien (ZDE) déposés en 2006, quatre seulement pourraient voir le jour : outre le parc de Pussay, huit éoliennes ont été autorisées à Mondreville (77) mais font l’objet d’un recours, tandis que deux autres dossiers, l’un pour huit éoliennes à Blandy (91), et l’autre sur la commune de Chalautre-la-Grande (77) sont en cours de traitement.

Le conseil régional, même s’il ne finance pas les éoliennes de Pussay, a accordé ses quatre dernières années environ 65 millions d’euros de subventions pour soutenir le développement des énergies renouvelables, que ce soit dans les transports, dans les lycées, ou auprès des particuliers. Le Plan Climat, qui sera soumis au vote de l’assemblée régionale fin juin, va dans ce sens. Il prévoit notamment la mise en place de nouveaux outils : une SEM (société d’économie mixte) qui financera des projets locaux de production d’énergies renouvelables ; un éco-prêt régional pour aider les particuliers à améliorer leur logement quand il est énergivore ; des éco-compagnons pour accompagner les familles franciliennes en situation de précarité énergétique. La Région reste déterminée pour atteindre son objectif : 23% d’énergies renouvelables à l’horizon 2020.

Texte : Julie Védie. Photos : © Cyrus Cornut / Picture Tank

Publié le 1 juin 2011, dans Non classé, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s