Un couvent du XIXème siècle transformé en logements – Dispositif « Malraux » @Galivel

   Source: Galivel

Le couvent Saint-Joseph datant du XIXème siècle, situé dans le centre ancien de Senlis, classé Secteur Sauvegardé, va connaître une troisième vie. Bâti en 1847, puis transformé en une clinique jusqu’en 2012, le bâtiment aura droit à une renaissance et s’apprête à accueillir 46 logements. Porté par le groupe Buildinvest, spécialiste de l’immobilier de rénovation et de défiscalisation immobilière, ce programme immobilier de prestige donne droit aux avantages fiscaux du dispositif « Malraux ».

Loi Malraux : quels avantages fiscaux ?

Le dispositif  Malraux, réservé à certains secteurs sauvegardés ou faisant partie du programme national de requalification des quartiers anciens, permet une réduction d’impôt de 22 % à 30 % du montant des travaux selon les règles régissant le périmètre dans lequel est situé le bien. Pour les permis déposés depuis le 1er janvier 2017, la réduction d’impôt est pluriannuelle – sur 4 ans – , permettant à l’investisseur de déduire jusqu’à 400.000 € sur une seule année.

Là encore, la réduction d’impôt non consommée peut être reportée l’année suivante.

A Senlis, en lieu et place de l’ancien Couvent Saint-Joseph , une résidence de 46  appartements et 92 parkings

Après 26 mois de travaux, l’ancien couvent Saint-Joseph situé en hypercentre de Senlis accueillera 46 logements  répartis sur 3 bâtiments en U qui vont du T1, T2, T2 Duplex, T3, T3 duplex au T4, avec des surfaces comprises entre 29 et 78 m². Conformément au règlement du plan de sauvegarde du secteur, la résidence disposera de 92 places de parkings : 77 en sous-sol sur 2 niveaux, et 15 places en aérien dont des places pour personnes à mobilité réduite.

> Lire le communiqué 

Logement social en Ile-de-France : où en est-on ? @AORIF_ #CongresHlm

           Source : AORIF

A Paris, le prix moyen du m² s’établit désormais à 10 005 € contre 6 157 € début 2009, soit une hausse de 62,5% en 10 ans ! L’accession à la propriété en cœur d’agglomération devient un rêve inaccessible à la majorité des franciliens. Parallèlement, les prix des loyers augmentent et les parcours résidentiels se bloquent progressivement.
Le logement social apparaît comme l’unique solution pour une large frange de la population francilienne (jeunes ménages, familles monoparentales, personnes âgées, personnes isolées…). En Ile-de-France, 1 résidence principale sur 4 est un logement social (1 300 000 logements sociaux), taux le plus important au niveau national.
Pourtant, seule 1 demande sur 10 est satisfaite chaque année, face à une demande qui ne cesse de s’accroître (720 000 ménages demandeurs en 2019).

L’AORIF donne rendez-vous au 80ème congrès Hlm de l’Union sociale pour l’habitat qui se tient les 24, 25 et 26 septembre 

L’AORIF – l’Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France, vient d’engager une campagne sur le thème « Logement social en Ile-de-France IDÉES NEUVES ! ».

Objectifs ? Rappeler le rôle majeur du logement social pour la cohésion sociale et la solidarité en Ile-de-France et valoriser les nombreuses initiatives des organismes de logement social.

Retrouver toutes les informations utiles et les initiatives des organismes franciliens sur la page dédiée : http://www.aorif.org/idees-neuves

…lire le communiqué…

Un nouveau numéro d’appel pour le logement indigne @Min_Territoires

Source : Ministère

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, et l’Agence nationale pour l’information sur le logement (l’ANIL) mettent en service un numéro d’appel téléphonique spécial logement indigne. Que vous soyez habitant ou que vous ayez connaissance d’une telle situation contactez le numéro 0806 706 806, au coût d’un appel local. Un conseiller sera à votre écoute et vous expliquera les démarches à effectuer.

Que se passe-t-il quand j’appelle le numéro Infos logement indigne ?

…lire la suite…

Le bail accompagné : un outil pour faciliter l’accès à l’emploi et au logement pour les jeunes @J_Denormandie @Min_Territoires

   Source : Ministère

 

 

 

L’autonomie, c’est la capacité de répondre à ses propres besoins en matière de santé, de mobilité, de logement et d’emploi. Dans les territoires, pour aider les jeunes dans leurs parcours d’accès à l’autonomisation, une nouvelle structuration des outils d’accompagnement doit être imaginée. Pour nourrir cette réflexion, la délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement (DIHAL) s’est donné rendez-vous le 12 septembre 2019. Focus sur quelques projets présentés.

Sur le thème de l’accès à l’emploi et au logement dans les parcours d’accès à l’autonomie des jeunes, la Dihal a organisé ce jeudi 12 septembre son 70e atelier pour partager les expériences réussies et valoriser les dynamiques engagées au plus près des territoires sur :

  • la sécurisation des parcours d’insertion professionnelle et d’emploi des jeunes par le logement ;
  • l’amélioration de l’accès à l’insertion professionnelle et à l’emploi des jeunes sans abri ou mal logés.

…lire la suite…

Créer un nouveau modèle d’accession avec le bail réel solidaire @LesCoopHlm @emmacosse

   Source : Coop HLM

Découvrez l’interview avec Emmanuelle Cosse, Conseillère fédérale

 » L’année 2018 a été très fructueuse pour les Coopératives Hlm, et notamment en terme de développement d’un nouvel outil qui s’appelle le Bail Réel Solidaire (BRS) via les Organismes de Foncier Solidaires (OFS). Il s’agit d’une nouvelle manière de proposer de l’accession à la propriété à des personnes qui n’ont pas des revenus très élevés en dissociant le foncier du bâti. Grâce à cela, nous pouvons proposer des programmes de logements qui seront souvent 30% moins chers que le prix du marché tout en gardant ce qui fait la beauté du métier de promotion des Coop’HLM, c’est-à-dire des parcours sécurisés.

Nous sommes vraiment en train de créer un nouveau modèle d’accession qui permet d’apporter des solutions efficaces à l’augmentation des prix.

Aujourd’hui, on essaye de réfléchir à comment on pourrait utiliser autrement cet outil, par exemple pour réhabiliter des logements, intervenir dans le cadre de copropriétés dégradées… L’idée, c’est de mettre cette inventivité toujours au profit du développe- ment de nouvelles solutions pour les ménages à revenus modestes.  »

Emmanuelle Cosse, Conseillère fédérale.

….Lire la suite…