La BCE annonce un nouveau programme de rachats de dette publique


Retrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA.

Le volontarisme de la BCE calme les marchés et donne du temps aux gouvernements pour renforcer la dimension fédérale de l’UEM.

Zone euro : La BCE annonce un nouveau programme de rachats de dette publique conditionnel mais illimité – statu quo des taux.

Les nouvelles mesures de Transactions Monétaires Fermes (« OMT ») présentées par Mario Draghi lors du Conseil des gouverneurs du 6 septembre, bien que conformes aux attentes, ont eu un impact significatif sur les différents marchés.

La BCE a en effet annoncé un programme d’achats illimités en montant de dette souveraine, de maturité entre 1 et 3 ans, sur le marché secondaire, de pays de la Zone euro en difficulté, à la stricte condition que ce pays fasse appel à l’assistance financière de ses partenaires européens (FESF/MES).

La BCE a associé ce programme de soutien à de stricts critères de conditionnalité, qui confortent les exigences en matière de réformes structurelles et d’austérité budgétaire. Lors de ces interventions, la BCE aura le même statut que les autres créanciers, elles n’auront pas d’impact sur la masse monétaire. Enfin, la BCE a jugé qu’une baisse de taux directeurs n’était actuellement pas opportune, mais a laissé entendre qu’elle pourrait s’y résoudre ultérieurement. Elle a assoupli pour les banques ses exigences en matière de titres acceptés en garantie.

L’Espagne pourrait être le premier pays à activer ce programme, via une demande de ligne de crédit de précaution au FESF. La BCE est intervenue car c’est le seul organisme européen capable d’agir rapidement, avec un puissance de feu importante.  A terme, la Zone euro devra cependant évoluer vers une véritable union monétaire, bancaire, économique et politique.

Sur la semaine, les taux de financement des pays périphériques se sont nettement repliés sur les maturités courtes et longues. Le taux à 2 ans espagnol recule de 3.7% à 2.7%, le taux à 10 ans de 6.8% à 5.7%. Les indices actions européens ont rebondi, comme les taux longs (10 ans allemand, américain, swap € 10 ans : + 10 à 20 bp) et l’euro face aux principales devises. Plusieurs risques pourraient remettre en cause les effets positifs : (i) une invalidation du MES par la cour constitutionnelle allemande, (ii) un dérapage de la trajectoire de la dette en Grèce et en Espagne.

États-Unis : Après les chiffres médiocres de l’emploi, la Fed est attendue le 13/09 sur un 3e programme d’achat d’actifs  et/ou sur une prolongation de la période de taux bas. Les créations d’emplois d’août ont été moins importantes que les 130 000 créations d’emplois prévues et sont même retombées sous la barre des 100 000, à 96 000. De plus, le chiffre de juillet a été révisé en baisse (de 163 000 créations à 141 000). A l’inverse, le taux de chômage reflue de 8.3% à 8.1% en raison de désinscriptions de demandeurs d’emplois renonçant à leur recherche.

En savoir plus : Consulter le point marché du Crédit Mutuel ARKEA

Publié le 11/09/2012, dans Du côté des marchés, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 875 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :