Mipim : le rendez-vous annuel des professionnels de l’immobilier

MIPIM-logobaseline-blue La 26ème édition se tient du 10 au 13 mars 2015, à Cannes

Le MIPIM, le plus grand marché international des professionnels de l’immobilier, réunit les acteurs les plus influents de tous les secteurs de l’immobilier (bureaux, résidentiel, commerces, santé, sport, logistique et industriel), offrant un accès inégalé aux plus grands projets de développement immobiliers et aux sources de capitaux à l’international.

fleche Les équipes d’Arkéa Banque Entreprises et Institutionnelles seront présentes au MIPIM 2015. Ce sera l’occasion pour Arkéa Banque E&I,  filiale du groupe Crédit Mutuel Arkéa, d’échanger avec ses clients.

-> Pour convenir d’un rendez vous : anne.boucard@arkea.com

Télécharger la brochure du MIPIM 2015

Source : www.mipim.com

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

La French Tech s’expose au MWC 2015

Source : French Tech

Le Mobile World Congress (MWC), qui se tient tous les ans à Barcelone, est devenu le rendez-vous incontournable et mondial des télécommunications mobiles, des services et des contenus.

Organisée par la GSMA, la manifestation est la combinaison du plus grand showroom pour l’industrie du mobile et d’un congrès faisant intervenir les dirigeants des opérateurs, des vendeurs, des fabricants de terminaux et des producteurs de contenus du monde entier.

En tout, ce sont plus de 85 000 visiteurs de 200 pays différents qui ont assisté au MWC en 2014. Plus de la moitié de ces visiteurs étaient des dirigeants d’entreprises, PDG, directeurs…


La French Tech s’expose au MWC :

Cette année encore, de nombreuses entreprises innovantes françaises seront présentes au MWC : 184 d’entre elles sont inscrites à l’édition 2015, dont 120 accompagnées par Business France


Parmi les 184 entreprises françaises, 60 sont des startups -en majorité accompagnées par Business France- venues démontrer leur créativité et leur approche disruptive sur le marché du mobile. Elles seront mises à l’honneur sur le Pavillon France renommé Pavillon French Tech pour l‘occasion, et notamment trois d’entre elles, fleurons en hyper croissance et bénéficiaires du Pass French Tech : Oledcomm, spécialisé sur le Li-fi, Famoco, spécialiste du NFC, et Secure-IC, spécialiste de la sécurité…en savoir plus

Valophis et Calvados Habitat primés pour leurs certificats d’énergie 

 A l’occasion des Assises de l’énergie de Bordeaux, la FNCCR et ses partenaires ont remis les prix des certificats blancs à cinq structures publiques.

Source : FNCCR

Le Syndicat départemental d’énergies du Calvados (SDEC Energie), Valophis habitat, le Syndicat intercommunal d’énergies du département de la Loire (SIEL), la Communauté urbaine du Grand Nancy, et Calvados habitat sont les cinq gagnants du sixième Grand Prix des certificats blancs de la FNCCR. Cette édition récompensait les certificats d’économies d’énergie (CEE) obtenus entre le 1er juillet 2013 et le 16 décembre 2014.

Pour cette sixième édition, les collectivités ont envoyé près de 1.5 Téra Watt heures cumac de CEE. Il faut également citer comme toujours la diversité des collectivités participantes : syndicat d’énergie, villes, conseils généraux, OPH,… qui démontre l’extrême importance du dispositif pour les collectivités.

Trois premiers prix et deux prix spéciaux ont été attribués par le jury de cette sixième édition, dont les récompenses ont été remises aux lauréats pendant les Assises de l’énergie à Bordeaux :
- 1er prix pour l’éclairage public : SDEC Energie (29.456 GWhc – 75 kWhc/habitant)
- 1er prix pour les logements dépôt direct : Valophis habitat 94 (537.446 GWhc – 15 444 kWhc/logement)
- 1er prix pour les autres bâtiments : SIEL (58.515 GWhc – 77 kWhc/habitant)
- Prix spécial pour les logements, dépôt en convention : Calvados Habitat (200.681 GWhc – 11 142 kWhc/logement)
- Prix spécial pour son action envers les particuliers et entreprises du territoire : Grand Nancy (103.237 GWhc – 396 kWhc/habitant)
Les collectivités arrivées deuxièmes et troisièmes des différentes catégories sont :
- Pour l’éclairage public : Brest métropole océane et la Fédération départementale d’énergie de la Somme (FDE80)
- Pour les logements dépôt direct : Logiparc et Saumur habitat
- Pour les autres bâtiments : le Syndicat intercommunal d’énergies de l’Aveyron (SIEDA) et la ville de Brest 

Le grand prix des certificats blancs de la FNCCR est organisé annuellement en partenariat avec l’ADEME, l’AFE, l’ATEE et l’AITF.

Le concours sera reconduit en 2015 et verra apparaitre les CEE obtenus sous les règles modifiées de la 3ème période, période dans laquelle les collectivités prouveront de nouveau leur dynamisme.

En savoir plus

Dominique De Wilde nommée directrice générale du CHU de Reims

Dominique De Wilde, directrice générale du CHU de Reims à compter du 2 mars 2015

Source Hospimedia

C’est officiel, Dominique De Wilde, directrice d’hôpital hors classe, est nommée directrice générale du CHU de Reims (Marne) à compter du 2 mars 2015, selon un décret paru ce 26 février au Journal officiel. Elle remplace dans cette fonction Jean-Paul Michelangeli.

Âgée de 54 ans, Dominique De Wilde est diplômée de l’Institut d’études politiques de Bordeaux en 1982. Elle obtient en 1984 un diplôme d’études approfondies en droit de la santé à Bordeaux. Et en 1985, elle termine sa formation à l’École nationale de santé publique (ex-École des hautes études en santé publique).
Elle débute alors sa carrière professionnelle comme directrice des services économiques au CHU de Bordeaux où elle gère aussi la réorganisation de la filière linge. De 1987 à 1991, elle poursuit son activité comme directrice des ressources humaines (personnel médical et non médical) des Hospices civils de Beaune (Côte d’Or). Elle y assure également l’intérim de la direction des finances et la gestion du musée de l’Hôtel Dieu. En 1991, elle entre à l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP). D’abord déléguée à la formation initiale et continue (1991-2002), elle définit et met en œuvre la politique de formation continue, elle gère l’ensemble des écoles paramédicales et des centres de formation continue et elle informatise l’ensemble de la formation initiale et continue de l’assistance.

Elle devient ensuite directrice de l’hôpital Charles-Foix-Jean-Rostand (Val-de-Marne), poste qu’elle occupe de 2002 à 2009. Durant cette période, elle met en place la filière gériatrique, organise la fermeture de la maternité de Jean-Rostand, implante un centre de recherche sur l’allongement de la vie avec l’université Pierre et Marie Curie et les collectivités territoriales. En 2009, elle prend ensuite la direction des Hôpitaux universitaires Paris Seine-Saint-Denis. Elle y mène plusieurs actions : fusion des hôpitaux Avicenne, Jean-Verdier et René-Muret, définition de la stratégie du groupe hospitalier sur son territoire, réorganisation de la cancérologie, création d’un nouveau plateau technique, pilotage d’un contrat de performance avec l’Agence nationale d’appui à la performance (Anap)…
Dominique De Wilde est aussi membre du conseil d’administration de la FHF et a contribué à la mission des inspections générales des finances et de l’action sociale (IGF et Igas) sur la réforme de la tarification de l’aide médicale d’État.

Pia Hémery

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Le décret relatif aux certificats mutualistes ou paritaires, enfin paru au JO !

Logo-Republique-Francaise

.

 

Comme annoncé lors de l’adoption de la loi sur l’économie sociale et solidaire (ESS) le 31 juillet 2014 et relayée sur le blog des institutionnels (ici), les organismes mutualistes et paritaires (Mutuelles et UMG, Sociétés d’assurance mutuelle et SGAM, Institutions de Prévoyance et GPP)  vont pouvoir émettre des certificats mutualistes ou paritaires.
Les modalités sont fixées dans un décret, publié au JO le 23 février 2015,

—–>> Télécharger : legifrance.gouv.fr

Ces certificats représentent pour les entités concernées un nouvel outil pour augmenter leurs fonds propres et renforcer leur solvabilité.

Ces certificats pourront être souscrits par leurs sociétaires, adhérents ou clients. Toutefois, ils n’accorderont ni droit de vote ni droit sur l’actif de l’émetteur.
Les caractéristiques de l’émission, les modalités de remboursement, le montant des frais d’émission, la durée minimale, le plafond de la rémunération… seront fixées dans la résolution de l’assemblée générale de l’organisme.

Le décret fixe également le cadre maximal de rémunération de ces outils.

 

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

5èmes Rencontres de l’innovation sociale : « Faire face aux précarités & mode d’habiter »

Produire une réflexion féconde pour « Faire face aux précarités & mode d’habiter » à partir de cas pratiques, tel était l’enjeu des 5èmes Rencontres de l’innovation sociale, le 29 janvier 2015. Six projets soutenus par le Fonds ont été présentés devant plus de 200 personnes.

Source : site USH


Faire face aux précarités

La précarité a été essentiellement traitée sous deux angles : le maintien en résidence des populations en situation d’impayés et proches de l’exclusion et le développement de l’estime de soi comme pré-requis à la réinsertion sociale.

Limiter les impayés, agir sur la responsabilisation financière, garantir l’autonomie par le logement et ainsi prévenir la chute dans une spirale de pauvreté, c’est l’option qu’ont choisie Colomiers Habitat et le Toit Champenois. Colomiers Habitat s’est ainsi lancé dans un projet d’assainissement des finances en partenariat avec l’association Comité du Secours populaire de Colomiers. Le Toit Champenois a, quant à lui, mis en place un accompagnement social pré-contentieux pour éviter le passage au tribunal ainsi qu’une intermédiation locative couplée d’un accompagnement social.

Agir sur les liens forts, c’est le parti pris par l’organisme LTO Habitat. Le projet vise à faire de la famille le bastion à partir duquel reconstruire l’estime de soi en incitant les membres d’une même famille à réaliser des travaux d’embellissement de leur logement. L’idée est ici de reprendre prise avec son environnement immédiat par le biais d’une participation active à chacune des étapes du projet, y compris financière. En outre, le projet intègre un deuxième axe de solidarité puisque, par exemple, ces familles viennent en soutien à un senior, membre de la résidence, pour améliorer et embellir son logement.

Prendre en compte les différents modes d’habiter …en savoir plus

FONDS EUROPÉENS : PRÈS D’UN MILLIARD POUR LA BRETAGNE

La Région Bretagne est dorénavant gestionnaire de la majeure partie des fonds européens. Le comité de suivi, en charge de la gestion des fonds, s’est réuni pour la première fois ce mercredi 25 février. Une rencontre qui marque l’entrée dans la phase opérationnelle, en apportant des réponses aux questions suivantes : qui pourra en bénéficier ? Pour quels types de projets ? Sur quels critères ?

Près d’un milliard d’euros de fonds européens seront investis en Bretagne sur la période 2014-2020 ; plus de 780M€ seront gérés par le conseil régional. Les grandes orientations (lire ici le programme opérationnel FEDER/FES Bretagne) pour l’utilisation de ces fonds ont été présentées au comité de suivi, lors de sa session d’installation, par Pierrick massiot, président de Région et Patrick Strzoda, préfet de Région. Après la présentation des fonds et des programmes opérationnels, les membres du comité de suivi ont validé les modalités d’attribution de ces aides européennes.


En savoir plus

FRANCE : EN 2014, LA RÉDUCTION DES DÉFAILLANCES SE CONFIRME

FRANCE : EN 2014, LA RÉDUCTION DES DÉFAILLANCES SE CONFIRME POUR LA PREMIÈRE FOIS DEPUIS 2011

Paris La Défense




2014 : une bouffée d’oxygène pour les entreprises françaises

Source : COFACE

La tendance haussière des défaillances d’entreprises s’est enfin inversée en 2014. Pour la première fois depuis 2011, leur nombre et le coût financier ont enfin diminué (sur douze mois glissants). Ainsi, au total, 62 073 entreprises françaises ont été touchées en 2014, soit -2,9% (1 379 de moins) qu’en 2013.

Cette nouvelle évolution a plusieurs explications. Tout d’abord, les entreprises ont profité d’une inflation modérée (+0,5% à fin décembre 2014), ce qui a aussi redonné du pouvoir d’achat aux ménages. Elles ont ensuite pu bénéficier d’un accès au crédit plus facile, grâce à la baisse des taux d’intérêt. Enfin, leurs marges se sont stabilisées en 2014 pour atteindre 29,5% au troisième trimestre .

Parallèlement au recul du nombre de défaillances, leur coût financier diminue notablement, de 13,9%, par rapport à 2013. Il représente un total de 4,1 milliards d’euros en 2014.

 


13 des 22 régions françaises enregistrent une baisse de plus de 2 %

Seulement quatre régions connaissent une augmentation du nombre de défaillances. La première place revient à l’Alsace, avec une croissance de +15,2%. La construction et la distribution alsaciennes sont deux secteurs très fragilisés en 2014. Après la crise de 2009, la région avait bénéficié de la reprise économique de l’Allemagne, mais depuis la faible croissance en France et le ralentissement de l’activité en Allemagne l’ont affaibli.

Mais globalement, l’amélioration est quasi-uniforme et plutôt encourageante : en Ile-de-France par exemple, on note une réduction de: -1,4%, or la régions représente presque 20% du total des défaillances.

 


Une amélioration à nuancer

Deux éléments inquiétants tempèrent ce renouveau d’optimisme.

Premièrement, lorsqu’on observe les défaillances par chiffre d’affaires, on constate une fragilité accrue des grosses structures qui souffrent de la crise depuis plusieurs années et pèsent désormais de plus en plus dans les défaillances. En effet, les entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros augmentent de +21,7% à fin janvier 2015 (en rythme annuel).

« Pour 2014 et en ce début d’année 2015, le climat général est plutôt positif, malgré un niveau de défaillances toujours élevé comparé à la moyenne 2007-2010. Mais cette embellie est nuancée par les nombreuses défaillances d’ETI enregistrées au 4ème trimestre avec 33 entreprises dans les 100 plus importantes défaillances par chiffre d’affaires, contre 24 au 4ème trimestre 2013. L’année 2015 débute donc sur une note ambigüe : confirmation de la baisse générale des défaillances d’entreprises, mais fragilité accrue des plus grosses structures »», commente Guillaume Baqué, économiste chez Coface.

Nantes met son réseau de bus à haute vitesse

La Semitan met son réseau à haute vitesse

Source : servir le public.fr

C’est une nouvelle montée en puissance en perspective pour le réseau de la Semitan, Sem gestionnaire des transports public nantais. La métropole a été lauréate en décembre du 3e appel à projets « transport collectif et mobilité durable » pour développer ses lignes de bus à haut niveau de service, alternative économique au tramway et aux lignes en site propre.

Alternatives au tramway, les lignes Chronobus desservent l’ensemble de la métropole nantaise © Semitan

Alternatives au tramway, les lignes Chronobus desservent l’ensemble de la métropole nantaise © Semitan

Le développement à terme de trois nouvelles lignes Chronobus à haut niveau de service de Nantes métropole devrait apporter une bouffée d’oxygène à un réseau victime de sa popularité. « Lancées en octobre 2012 et 2013, les sept premières lignes ont vu une hausse de leur trafic allant de 30 à 70 % », explique Alain Boeswillwald, directeur général de la Semitan. L’Etat a décidé en décembre de soutenir le développement du réseau à hauteur de 6,97 M€ dans le cadre de l’appel à projets « Transport collectif et mobilité durable », sur un total de 56,95 M€ financés par Nantes métropole. « Entre ligne en site propre et ligne classique, les Chronobus ont l’intérêt de proposer aux usagers un transport amélioré en terme de rapidité et de ponctualité sans un lourd aménagement ». Ils n’utilisent en effet que des portions de route dédiées qui ne nécessitent pas de travaux importants. Les sept lignes totalisent aujourd’hui 70 kilomètres et desservent près de 200 arrêts, complétant les 7 kilomètres de la ligne en site propre BusWay et les 43 kilomètres de tramway.

Une politique de maintenance

Le développement de ces lignes se combine à une stratégie de maintenance préventive du matériel roulant dans une logique d’optimisation du budget transport. « Avec 130 millions de passagers en 2014, générant près de 55 millions d’euros de chiffre d’affaires, le taux de couverture des dépenses tend vers les 40%, soit une amélioration de l’ordre de 2,5 % au cours des cinq dernières années », commente Alain Boeswillwald. La durée d’utilisation moyenne des 400 bus est ainsi d’environ 20 ans à Nantes, « contre 12 à 15 ans dans l’hexagone ». Elle devrait être de 40 à 45 ans pour les 95 91 rames de tramway, avec une rénovation des plus anciennes qui a débuté en 2013…en savoir plus

L’ILE-DE-FRANCE SÉDUIT TOUJOURS PLUS D’INVESTISSEURS

L’ILE-DE-FRANCE SÉDUIT TOUJOURS PLUS D’INVESTISSEURS (+32% PAR RAPPORT À 2013)

27.02.2015
Source : Paris Region.com

Paris Region Entreprises publie aujourd’hui l’Observatoire 2014 des investissements directs internationaux de la région Ile-de-France. Cet Observatoire présente une cartographie annuelle des entreprises internationales qui s’implantent ou développent de nouvelles activités en Ile-de-France.

L’Ile-de-France séduit toujours plus d’investisseurs (+32% par rapport à 2013)
L’Ile-de-France séduit toujours plus d’investisseurs (+32% par rapport à 2013)

Alors que l’Europe de l’Ouest a connu une baisse de 15 % de ses investissements directs internationaux entre 2013 et 2014, l’Ile-de-France a vu son attractivité croitre de 32% : 368 projets d’investissements directs internationaux ont été concrétisés en Ile-de-France en 2014 vs 279 en 2013.

Après une progression déjà très nette en 2013, « la région Ile-de-France continue de renforcer son attractivité. Le développement de ses infrastructures en fait la destination privilégiée pour les investissements internationaux dans la zone Euro », déclare Robert Lion, Président de Paris Region Entreprises.

Une progression significative tirée par l’Amérique du Nord et l’Asie, notamment dans le secteur des nouvelles technologies.

Au classement des pays investisseurs, les Etats-Unis sont en première place avec un nombre de projets qui a presque doublé entre 2013 et 2014, passant de 66 à 106, soit une augmentation de 61%. Ce pays représente 29 % des investissements directs en 2014 en Ile de France.

Au total, les investissements 2014 provenant de l’Amérique du Nord ont progressé de 64% en 2014 par rapport à 2013.

Autre fait marquant : les investissements 2014 provenant de l’Asie, notamment du Japon et de la Chine, ont progressé de 54% par rapport à 2013.

Les nouvelles technologies représentent 1/3 des projets en Ile-de-France en 2014 et ont connu une évolution de 60 % par rapport à 2013.

Les entreprises choisissent l’Ile-de-France pour des implantations clés dans leur développement.

43% des entreprises qui s’implantent en Ile-de-France ont choisi d’y établir leurs centres de décisions. Par ailleurs, 31% des sociétés choisissent d’installer des activités de prestations de services, 13% des points de vente et 6% des structures de R&D, ingénierie, design.

68% des entreprises qui s’implantent en Ile-de-France sont des créations ex nihilo, 16% des extensions d’activité, 11% des fusions-acquisitions…en savoir plus..

Bretagne : la région la plus suivie sur twitter  

Classement des régions les plus suivies sur Twitter au 27 février 2015

Source : e-territoire 

Voici le classement mensuel des regions les plus suivies sur Twitter.

Classement établi en fonction du nombre d’abonnés au 28 décembre 2014.



1 – @regionbretagne : 28700 abonnés

@iledefrance : 19200
@rhonealpes : 19200
@RegionAuvergne : 16600
@LaRegionLR : 12300
@regionpaca : 11900
@regionpicardie : 11800
@regionalsace : 11800

@RegionAquitaine : 11700


En savoir plus 



2ème Rencontres d’Affaires de l’A89 en Dordogne – 5 mars 2015

invit cciChefs d’entreprises des secteurs de la santé, du bien-être, du luxe, de l’agroalimentaire et de la nutrition, identifiez de nouveaux marchés et nouez des relations d’affaires.

« Ces rencontres sont l’occasion de rappeler que les CCI des régions Aquitaine, Limousin, Auvergne et Rhône-Alpes ont porté avec succès le lobbying de réalisation de l’axe européen A89 Bordeaux-Lyon-Genève afin d’accroître l’attractivité et le développement économique des territoires traversés.

En 2013, une première manifestation a été organisée par la CCI de Lyon pour permettre aux entreprises situées à proximité de l’axe des secteurs de l’agroalimentaire, de la construction et du bois de se rencontrer et, par là-même, de nouer des relations d’affaires.

Nous avons le plaisir d’accueillir en Dordogne la seconde édition « A89 : 2es Rencontres d’affaires » avec pour objectif d’inscrire sur l’Aquitaine cette dynamique partenariale afin d’accroître la chaîne de valeurs des entreprises et acteurs économiques des secteurs de la santé, du bien-être, du luxe, de l’agroalimentaire et de la nutrition. « 

Christophe Fauvel, président de la CCI Dordogne

Téléchargez le programme

Source : www.dordogne.cci.fr

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

 

Offre d’emploi : Arkea Banque E&I recherche un Responsable de Clientèle Institutionnels

Responsable Clientèle Institutionnels – Paris   H/F

EXE ARKEA 431Informations générales, description de l’entité :

Le Pôle Entreprises & Institutionnels réunit l’ensemble des expertises pour le financement et le
développement du marché des entreprises (PME de plus de 10 M Euros de chiffre d’affaires), de la clientèle institutionnelle (collectivités locales, acteurs de la santé, du logement social et de l’économie sociale) ainsi que de la promotion immobilière.
ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels bénéficie déjà d’un maillage national : Brest, Rennes, Vannes, Saint-Brieuc, Quimper, Bordeaux, Angoulême, Clermont-Ferrand, Paris, Marseille, Nice, Montpellier, Grenoble, Lyon, Toulouse, Rouen, Nantes. Le pôle a complété son réseau avec l’ouverture de nouvelles délégations à Lille et Tours en 2011.

-

Description de la mission :

Intégré(e) à la Direction du marché des institutionnels, vous prenez en charge le développement de votre région.
Vous gérez et développez un portefeuille d’institutionnels diversifiés (collectivités locales, bailleurs sociaux, SEM, acteurs de l’économie locale et sociale…) en portant une attention particulière au couple risque / rentabilité.

Profil :

Issu(e) d’une formation supérieure Universitaire ou Ecole de Commerce, vous justifiez d’une expérience réussie sur une fonction de chargé d’affaires auprès d’entreprises et/ou d’institutionnels.
Vous avez une forte maîtrise des produits et services dédiés à ces clientèles. Vous savez animer un réseau afin de développer votre portefeuille et générer du dealflow dans la confiance et l’efficacité.

Vous avez un bon équilibre entre gestion du risque et développement des affaires.

Vous êtes autonome, ouvert, curieux. Vous appréciez le contact clients et les situations de négociation.

Doté(e) d’un esprit d’équipe, sens du contact, personnalité consciencieuse.

Poste basé à Paris avec des déplacements hebdomadaires sur la région Nord-Pas de Calais / Picardie.

-> L’annonce

Pour postuler en ligne : ICI

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google

<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

MARCHÉ IMMOBILIER À PARIS EN 2014 : LES 10 POINTS À RETENIR

Les notaires de Paris – Ile-de-France ont diffusé les chiffres du marché  immobilier à Paris en 2014 et les perspectives d’évolution du marché d’ici avril 2015. Bilan : le niveau des ventes reste faible, même s’il est en légère hausse à Paris, et la baisse des prix, encore modeste dans la Capitale, devrait se poursuivre.

•    De modestes baisses des prix à Paris
A Paris, le prix au m² est à nouveau passé sous les 8.000 euros fin décembre 2014, à 7.960 euros/m² (-2,1% sur un an). La barre des 8.000 euros/m² avait été franchie pendant l’année 2011.

•    480 euros de baisse par m² en 2 ans
Passant de 8.440 euros/m² fin septembre 2012 à 7.960 euros/m² en décembre 2014, les prix dans la Capitale ont diminués de 480 euros en deux ans (-5,6%). Cette diminution va se poursuivre dans les prochains mois.

•    Seuls 3 arrondissements échappent à la baisse
Les arrondissements de Paris ont globalement connu des baisses de prix dans Paris entre -0,2% et -7,4% (baisse supérieure à 6% dans les 2e, 4e, et 7e arrondissements). Seuls les 5e, 8e et 9e arrondissements échappent à la baisse des prix.

•    4 arrondissements toujours au-dessus des 10.000 euros/m²
4 arrondissements ont des prix supérieurs à 10.000 € le m² (les 4e, 5e, 6e, et 7e arrondissements) contre 8 arrondissements il y a deux ans.
L’arrondissement le plus cher est le 6e (11.710 euros/m²) et le moins cher le 19e (6.620 euros/m²). A ce stade, les arrondissements les moins chers affichent une meilleure résistance à la correction des valeurs.

•    L’Est de Paris toujours plus abordable
Exception faite du 11e arrondissement (8150 euros/m²), et sans surprise, les arrondissements les moins chers de la Capitale sont tous situés dans l’Est parisien : 19e et 20e arrondissements en tête (moins de 7.000 euros/m²), suivis des 18e, 10e, 12e et 13e arrondissements.

•    Les quartiers les moins chers sous les 6.000 euros/m²
Les quartiers les moins onéreux sont Pont-de-Flandres (5.690 euros/m²), la Goutte-d’Or (5.920 euros/m²), la Villette (6.140 euros/m²), et La Chapelle (6.210 euros/m²). Il faut noter que sur 5 ans, les prix dans ces quartiers ont connu des hausses de prix allant de 16,6% à 33,2%.

- En savoir plus

LA SOCIÉTÉ DU GRAND PARIS AU MIPIM

Pour la 4e année consécutive aux côtés de l’AFTRP et des établissements publics d’aménagement (EPA) d’Ile-de-France, la Société du Grand Paris participe au MIPIM, le rendez-vous international des professionnels de l’immobilier du 10 au 13 mars 2015 à Cannes.


Sur son stand, la Société du Grand Paris présente les travaux engagés en matière de valorisation urbaine autour des gares et sites industriels du Grand Paris, et notamment les projets immobiliers connexes de la ligne 15 Sud du Grand Paris Express.

 

Pendant le salon, la Société du Grand Paris organise ou participe à plusieurs rendez-vous :

 

Mercredi 11 mars de 11h à 11h30
Agora C12.A1, pavillon Croisette 12

Conférence « Le pack de l’aménagement, un objectif commun : accélérer la construction de logements autour des gares du Grand Paris ».

Intervenants :

  • Philippe Yvin, président du directoire – Société du Grand Paris
  • Thierry Lajoie, président – AFTRP
  • Gilles Bouvelot, directeur général – EPF Ile-de-France

Animé par Rémi Cambau, rédacteur en chef – Cadredeville.com

 

Mercredi 11 mars de 15h30 à 16h30
Salle de conférences Green room, pavillon MIPIM Innovation Forum

Conférence « Le Grand Paris accélérateur de croissance ».

Intervenants :

  • Philippe Yvin, président du directoire – Société du Grand Paris
  • Pierre Mansat, président – AIGP
  • Sabine Enjalbert, directrice générale – Paris Region Entreprises

Animé par Grégoire Milot, président – État d’Esprit

 

Jeudi 12 mars de 11h30 à 12h
Agora C12.A1, pavillon Croisette 12…en savoir plus...

Lancement des Ateliers du Grand Paris du Logement

ministère s pinel

Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, et Jean-Paul Huchon, président du conseil régional, ont installé le 24 février 2015 le premier comité de suivi du plan de mobilisation pour le logement en Île-de-France. A cette occasion, la ministre a annoncé la mise en place des Ateliers du Grand Paris du Logement à compter du mois d’avril.

Relancer la construction de logements en Île-de-France

Dans un contexte de crise du logement, l’action du Gouvernement se concentre sur la relance de la construction pour répondre aux besoins des Français et contribuer à la croissance. Plusieurs séries de mesures ont été adoptées et commencent à porter leurs fruits. Avec la conviction qu’agir sur l’offre est une nécessité pour enrayer cette crise, la ministre a rappelé combien l’Île-de-France est concernée par ces enjeux.

Façonner le Grand Paris de demain

La nouvelle infrastructure de transport prévue dans le cadre du Grand Paris Express est une opportunité qu’il faut savoir anticiper pour développer l’offre de logement.

Dans cette phase de constitution de la Métropole du Grand Paris, le Gouvernement a décidé d’agir aux côtés des collectivités et des professionnels avec un Plan de Mobilisation pour le Logement en Île-de-France. En ce sens, Sylvia Pinel a insisté sur sa volonté de « faciliter, d’accélérer, ou le cas échéant, de débloquer les projets les plus stratégiques ; ceux qui contribueront à façonner le Grand Paris de demain ».

Source : www.territoires.gouv.fr

 

De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 163 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :