VVF Villages, pionnier du Nouveau Monde !

Premier opérateur associatif de villages vacances en France, VVF Villages se différencie par ses fortes valeurs et son engagement au sein de l’Economie Sociale et Solidaire.

Dans cette continuité, le siège social de VVF Villages s’installe aujourd’hui dans la zone franche de Clermont-Ferrand.

Un choix militant pour accompagner la ville dans son aménagement urbain en implantant de façon pionnière un service de l’ESS dans une zone d’avenir.

EMPLOIS D’AVENIR

Des actions de formation sont mises en place afin de faciliter l’adaptation au poste de travail, accompagner dans l’emploi et si possible dans le projet professionnel. A la fin de l’année 2013, 15 000 heures de formation ont été engagées pour un total de 70 participants. Plus de 30 jeunes suivent une action de formation certifiante ou diplômante.

VVF Villages à Clermont-Ferrand
Nombre d’emplois au siège : 166
Nombre d’emplois dans la région Auvergne : 675

Un employeur responsable

Si autant de vacanciers aiment VVF Villages, c’est qu’ils se reconnaissent dans un tourisme humain, authentique et respectueux. Cette responsabilité sociale, économique et écologique est dans l’ADN de la marque VVF. Elle se traduit par des actions fortes.
C’est ainsi qu’une convention d’engagement visant le recrutement de jeunes en emploi d’avenir a été signée en novembre 2012 entre Benoît Hamon, ex Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie et Paul Reynal, Président de VVF Villages.
207contrats d’emplois d’avenir ont été signés par VVF Villages 65 en Région Auvergne et 19 au siège de Clermont-Ferrand

Télécharger le communiqué de Presse

Bpifrance partenaire de la valorisation de la recherche en Auvergne

Bpifrance, la Région Auvergne et la SATT(1) Grand Centre ont signé le 13 octobre une convention de collaboration pour mettre en place sur le territoire auvergnat un partenariat méthodologique et opérationnel en faveur de la valorisation de la recherche via tous les vecteurs : création d’entreprises innovantes, transferts de technologie, recherche et développement (R&D) ou programmes collaboratifs.

Il s’agit de coordonner et consolider les actions des trois partenaires dans la valorisation de la recherche, pour favoriser le transfert vers l’industrie à l’échelle régionale et nationale au travers d’actions structurantes :

- consolidation des projets de recherche et d’innovation stratégiques ;
détection d’inventions et de projets de recherche innovants ;
structuration et expertises de projets pour en augmenter la valeur ajoutée ;
coordination et orientation vers les instruments financiers gérés par les trois partenaires ;
– identification par Bpifrance, pour le compte de la SATT Grand Centre et du conseil régional d’Auvergne, de partenaires industriels ;
accompagnement via l’aide à l’innovation et/ou orientation vers les fonds de capital innovation si besoin.

La professionnalisation et l’accélération du transfert de technologie sont essentielles pour la compétitivité de l’économie française et représentent un défi pour les établissements français de recherche et d’enseignement supérieur.

Dans ce contexte, le Programme d’investissements d’avenir (PIA) a initié plusieurs mesures d’intervention, dont la création des SATT, pour accompagner et optimiser la valorisation de la recherche publique notamment sous forme d’investissement dans la maturation de projets innovants et de licensing(2) des titres de propriété intellectuelle issus de la recherche.

Source : site CDC

Lire le communiqué de presse

(1) Société d’accélération du transfert de technologie. La SATT Grand Centre est dotée de 60 M€ de financement sur 10 ans et dessert 7 universités, 8 grandes écoles, 2 organismes de recherche nationaux (CNRS et Irstea) et 2 centres hospitaliers. Structure inter-régionale (Auvergne, Centre, Limousin, Poitou-Charentes), elle est en lien direct avec plus de 8 000 chercheurs.

(2) Vente stratégique d’un droit d’utilisation d’un savoir de façon déterminée.

Entreprendre C grandir : l’émission qui donne envie d’entreprendre !

Entreprendre C grandir : l’émission qui donne envie d’entreprendre !

Un programme court original initié par Catherine Barba et parrainé par le Crédit Mutuel Arkea, à découvrir chaque jour dès le 20 octobre vers 19h35 sur M6.
www.entreprendrecgrandir.com #EntreprendreCGrandir

Paris, le 14 octobre 2014 – Catherine Barba, web-entrepreneuse et Business Angel, annonce le lancement d’Entreprendre C Grandir, un programme court, initié en partenariat avec GME structure de production de contenus de groupm France, et dédié à l’entrepreneuriat diffusé à partir du 20 octobre sur M6, avant le journal de 19.45. Chaque jour, un(e) entrepreneur(e) sera mis(e) à l’honneur pendant une minute, pour partager la passion qui l’anime et expliquer comment il a fait d’Internet un allié pour faire grandir son entreprise.
C’est là que réside l’originalité du programme : l’entrepreneuriat y est présenté à travers deux angles, le parcours personnel du créateur d’une part, mais aussi l’impact du digital sur le développement de son entreprise, qu’aucun dirigeant ne doit aujourd’hui ignorer tant le digital, partout, transforme les règles.
L’objectif d’Entreprendre C Grandir est de partager la vitalité débordante de ceux qui entreprennent, de familiariser les Français avec la culture de la création d’entreprise et, pourquoi pas, de transmettre à certains l’envie d’entreprendre à leur tour.
Catherine Barba confie : « Donner envie d’oser, d’innover, d’entreprendre, transmettre autour de moi confiance et énergie est mon oxygène, ma raison de me lever le matin. Pour partager au plus grand nombre la vitalité des entrepreneurs, j’ai pendant près de deux ans poursuivi ce projet fou de monter un programme TV à une heure de grande écoute : la ténacité paie, nous y sommes arrivés !

Ronan Le Moal, Directeur Général du Crédit Mutuel Arkea, parrain du programme ajoute :
« Très engagé auprès des entrepreneurs, c’était une évidence pour le Crédit Mutuel Arkea de s’associer au projet de Catherine Barba sur M6 : nous avons été séduits par son initiative pleine d’énergie ! Le programme Entreprendre C Grandir fait profondément écho aux valeurs d’ouverture et d’audace de notre groupe. Avec ses réseaux d’entrepreneurs, la France dispose d’un formidable vivier de créativité et de talents qui ne demandent qu’à s’exprimer. Au Crédit Mutuel Arkea, nous considérons que nous avons un rôle majeur à jouer pour soutenir et accompagner la vitalité débordante de ces français talentueux qui entreprennent ! ». Lire la suite

Les marchés publics vous angoissent?

Les marchés publics vous angoissent? Téléchargez le guide  » kit de survie MAPA » proposé par Etd

Conduite de projet-Ingénierie
Retour Marché public | 16-10-2014
Les marchés publics vous angoissent? Téléchargez le guide  » kit de survie MAPA » proposé par Etd
Les collectivités locales sont de plus en plus amenées à lancer des « petits » marchés, alias les fameux marchés à procédure adaptée (MAPA). Sauf que cette procédure se résume en tout et pour tout à un seul article du Code des marchés publics, à savoir l’article 28 qui se révèle relativement succinct.

Commencent alors les angoisses des agents qui sont chargés d’une telle procédure mais qui, dans le même temps, n’ont pas reçu de formation juridique. Le premier conseil que nous pouvons donner à ces agents est de dédramatiser la mise en œuvre de cette procédure. Contrairement aux a priori, le MAPA est plus une question de bon sens qu’une question juridique !

Le second conseil est de lire le tout nouveau guide d’Etd intitulé Kit de survie pour élaborer un marché d’études ou de conseils. Il a pour objectif d’expliquer, de façon claire et précise, les différentes étapes d’un MAPA.

Troisième et dernier conseil : si après lecture du guide, quelques questions vous taraudent encore, n’hésitez pas à contacter le service de questions réponses d’Etd Allo Territoires Services au 01 45 75 15 15 (le premier appel est offert pour les non-adhérents).

Stéphanie Le Bihan

EN SAVOIR +
Téléchargez le guide
————–
Adhérents d’Etd : vous avez accès à des documents pouvant servir de modèle dans le cadre de l’élaboration d’une consultation : règlement de consultation, cahier des clauses administratives particulières, convention de groupement de commandes…
————–
Inscrivez-vous à la journée Territoires d’Etd le 2 décembre 2014

Source : site Etd

Autonomie : les Français plébiscitent les technologies connectées

La France compte aujourd’hui environ 900 000 personnes atteintes de maladies neurodégénératives. En 2020, ces pathologies pourraient concerner 1.3 million de personnes (source : Inserm). Leur prise en charge est un défi pour les familles, les aidants et le système de soins ainsi qu’un sujet d’inquiétude pour l’ensemble des Français.

Les technologies connectées représentent une solution pour aider les patients à préserver leur autonomie. Afin de dresser un état des lieux de cette problématique de santé publique, la Fondation de La Mutuelle Générale* a réalisé une grande enquête d’opinion avec TNS Sofres sur le thème « Les Français et les technologies au service de l’autonomie des personnes atteintes de maladies neurodégénératives ».

Cette enquête a été réalisée du 22 au 27 août 2014 auprès d’un échantillon de plus de 1 500 personnes représentatif de la population française, dont des aidants de personnes atteintes de maladies neurodégénératives.

Les Français se sentent très concernés par les maladies neurodégénératives

Une très grande majorité des Français connaît ces maladies
La quasi-totalité des personnes interrogées (87%) a déjà entendu parler des maladies neurodégénératives et dispose d’une bonne connaissance de ces maladies. Les maladies d’Alzheimer et de Parkinson sont les plus identifiées comme des maladies neurodégénératives (par 89% et 86% des Français) devant la sclérose en plaques (73%).

Ils les craignent pour eux-mêmes et encore plus pour leurs proches
28% des Français déclarent qu’un ou plusieurs de leurs proches sont atteints d’une maladie neurodégénérative, mais il n’est pas nécessaire d’être confronté personnellement à ces maladies pour s’en inquiéter : ainsi 57% des personnes interrogées se disent préoccupés par la perte d’autonomie liée à ces maladies pour eux-mêmes et 68% pour leurs proches.
En cas de maladie neurodégénérative, 19% des personnes interrogées considèrent que le maintien à domicile des patients doit être une priorité absolue. Ce chiffre atteint 35% chez les aidants qui savent que rester à domicile peut être bénéfique pour les patients.

Les Français perçoivent les technologies connectées comme une solution efficace pour les patients atteints de maladies neurodégénératives et leurs aidants

Des technologies qui suscitent de l’intérêt et de l’espoir dès maintenant
93% des Français estiment que les technologies connectées peuvent ou pourraient permettre de mieux prendre en charge et de faciliter le quotidien des personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Près de 30% déclarent d’ailleurs que c’est déjà le cas, un chiffre qui atteint 40% chez les aidants.
Surtout, 92% des Français estiment que ces technologies peuvent favoriser le maintien à domicile.

Les solutions technologiques de surveillance à distance sont celles qui suscitent le plus fort intérêt auprès des Français
Près de 90% d’entre eux jugent intéressantes les possibilités offertes par des objets connectés : détecteurs de mouvements ou de fumée permettant d’alerter automatiquement les secours ou les proches, outils de géolocalisation pour les malades d’Alzheimer, etc. Les technologies d’aide à la mobilité sont également plébiscitées par 80% d’entre eux : canne intelligente équipée d’un GPS, casque interprétant les signaux du cerveau pour les transformer en gestes par exemple.

Des technologies dont les avantages l’emportent de beaucoup sur les inconvénients
Pour 92% des Français ces technologies permettent de rassurer et soulager proches et aidants mais aussi d’améliorer la vie quotidienne des patients tout en permettant de suivre à tout moment la santé des malades. Seul un tiers d’entre eux estime qu’elles peuvent constituer une menace pour l’intimité ou la dignité des malades.

La question du financement et de l’accessibilité de ces technologies est posée
Aux yeux des Français, c’est le coût de ces innovations qui constituerait le principal frein à leur usage. 85% d’entre eux craignent l’impact financier sur les malades et les familles, 41% les coûts financiers pour la société. D’ailleurs seuls 7% seraient prêts à financer eux-mêmes ces équipements quand 39% attendent une prise en charge par les pouvoirs publics, 36% par la Sécurité sociale et 18% par les mutuelles.

Pour s’informer sur ces technologies, les Français se tourneraient naturellement vers les professionnels de santé mais ne négligent pas le rôle des mutuelles
Près de 60% des Français s’adresseraient à leur médecin pour s’informer sur ces technologies. 17% se tourneraient vers les mutuelles pour obtenir des informations sur ces technologies, devant les services sociaux (13%), les pharmacies (11%) et les assureurs (8%). Lire la suite

L’AFTRP designée aménageur de la ZAC Maison Blanche à Neuilly-sur-Marne

La ville de Neuilly-sur-Marne a désigné l’AFTRP comme aménageur du futur quartier de ville qui verra le jour sur l’ancien site de  l’hôpital de Maison Blanche.
Le conseil municipal de Neuilly-sur-Marne, réuni  jeudi 16 octobre, a approuvé cette désignation à l’unanimité, à l’issue d’une procédure de mise en concurrence.

« Je remercie Jacques MAHEAS, maire de Neuilly-sur-Marne, de la confiance accordée à l’AFTRP pour conduire, aux côtés de la ville, ce projet majeur en Ile-de-France. Il est la concrétisation d’un volontarisme fort de la ville d’aménager un quartier exemplaire en matière de développement durable et de construire les logements dont les nocéens et les franciliens ont besoin. Le gain par l’AFTRP d’un nouvel appel d’offres concurrentiel témoigne de la vitalité de l’établissement public dans le secteur économique de l’aménagement et du logement », déclare Thierry LAJOIE, Président-directeur général de l’AFTRP.

La Zone d’Aménagement Concerté de Maison Blanche (58,6 ha) est la plus importante concession d’aménagement attribuée en Ile-de-France en 2014.
Ce futur quartier  accueillera à terme 4 000 à 4 200 logements, une zone d’activités, des commerces, des équipements et des espaces de qualité publics et privés. Ambitieux et exemplaire, il s’inscrit dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur l’Est francilien et la dynamique impulsée par l’arrivée du réseau de transports Grand Paris Express.

Contact Presse :
AFTRP : Françoise DUROS
f.duros@aftrp.com

>> Télécharger le Communiqué de presse

Jean-François Danon nouveau DG Paris Batignolles Aménagement

Jean-François Danon, nommé directeur général de Paris Batignolles Aménagement

Le conseil d’administration de Paris Batignolles Aménagement du 2 octobre 2014 a nommé Jean-François Danon directeur général de la SPLA.

Administrateur de la ville de Paris (ENA 1982), Jean-François Danon a occupé différentes fonctions au sein de la direction des finances de la ville de Paris avant de rejoindre Paris Habitat en qualité de directeur général adjoint, puis l’AFPA comme directeur financier et du système d’information. Directeur du patrimoine et de l’architecture de la ville de Paris de 2001 à 2008, il occupait les fonctions de Secrétaire général adjoint de la ville de Paris depuis juin 2008.

Jean-François Danon succède à Didier Bailly, directeur général de Paris Batignolles Aménagement depuis sa création en avril 2010, qui a pris ses fonctions de directeur de la voirie et des déplacements de la ville de Paris le 1er août 2014.

 

Site Paris Batignolles Aménagement

Didier Bellier-Ganière nouveau Directeur Général de l’EPAMSA

Didier Bellier-Ganière a été nommé Directeur Général de l’EPAMSA à compter du 13 octobre 2014.

Didier Bellier-Ganière, 48 ans, administrateur civil, hors classe, était jusqu’alors directeur général adjoint de l’Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne (AFTRP).

Diplômé de l’École nationale des travaux publics de l’État, ingénieur des travaux publics et titulaire du certificat d’aptitude à l’administration des entreprises de l’IAE de Paris, Didier Bellier-Ganière a débuté sa carrière à la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) l’Équipement (DRE) d’Île-de-France de 1992 à 1995 en tant que chargé d’études développement industriel, puis chargé d’études à la direction des routes au ministère de l’Équipement (1995-1998).
Chef du groupe opérationnel du logement de la DRE d’Île-de-France en 2002, à sa sortie de l’ENA (promotion Copernic), puis chef du bureau des études financières à la sous-direction du financement et du budget de la direction générale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction au ministère de l’Équipement en 2005-2006, il deviendra directeur de l’habitat au conseil général des Hauts-de-Seine durant deux années.
A partir de mars 2008, Didier Bellier-Ganière exerce en cabinet ministériel. Successivement conseiller technique au cabinet de Christine Boutin au ministère du Logement et de la Ville jusqu’en juin 2009 puis conseiller technique « logement » de Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du Logement et de l’Urbanisme, et en même temps conseiller technique en charge du logement et de l’urbanisme de Jean-Louis Borloo au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, il occupera à partir de juin 2010 la fonction de directeur général adjoint à l’AFTRP.

CES ENTREPRISES BRETONNES QUI RÉUSSISSENT

Soucieuse de se rendre compte, sur le terrain, de la performance des entreprises bretonnes, la Région Bretagne a visité quatre petites et plus grandes entreprises.
Le président de la Région Bretagne Pierrick Massiot a participé, en effet, à l’inauguration de deux nouveaux sites d’entreprises : l’entreprise high-tech Astellia ( télécommunications), qui a inauguré son nouveau siège social à Saint-Jacques-de-la-Landes jeudi 16 et l’entreprise Sanden Environnemental Solutions, qui inaugure de nouveaux locaux de Rennes vendredi 17. Loïg Chesnais-Girard, vice-président du Conseil régional à l’économie et à l’innovation, s’est rendu dans deux PME du Pays de Pontivy. Olmix (oligo-éléments et hygiène animale), à Bréhan, et Ker Ronan (produits laitiers), à Rohan. A différents stades de leur développement, elles ont toutes deux été accompagnées par la Région.

L’ENTREPRISE HIGH-TECH ASTELLIA

Leader mondial de l’analyse de la performance des réseaux mobiles et de l’expérience des abonnés, (télécommunications), Astellia est l’un des principaux employeurs de l’Ouest dans le domaine du numérique. Dans son bâtiment basse consommation neuf de 5 000 m² avec toiture végétalisée, elle regroupera à Saint-Jacques-de-la-Lande l’ensemble de ses plus de 300 salariés et 40 prestataires rennais du siège social auparavant répartis sur deux sites à Vern-sur-Seiche. Une nouvelle installation illustrant la stratégie de croissance d’Astellia dans le domaine en forte croissance du mobile. Inauguration le 16 octobre à Saint-Jacques-de-la-Lande.

L’ENTREPRISE SANDEN ENVIRONNEMENTAL SOLUTIONS

Sanden Environmental Solutions, à Rennes. L’usine Sanden de Tinténiac, en Ille et Vilaine, est désormais complétée par une implantation rennaise pour le développement des nouvelles solutions dans le domaine du confort thermique. Le fabricant de systèmes de climatisation pour l’automobile a transféré l’activité pompes à chaleur, développée à Tinténiac, au sein de cette entitée baptisée Sanden Environmental Solutions, composée d’une vingtaine de collaborateurs. Inauguration le 17 octobre à Rennes.

LA LAITERAIE ARTISANALE KER RONAN

Depuis sa création en 2006 par Hervé Harnois, éleveur laitier à Rohan, la laiterie artisanale (1,8 M€ de chiffres d’affaires) a parcouru du chemin et gagné des parts de marché dans l’hôtellerie-restauration et de nombreuses enseignes de la grande distribution, en Bretagne et région parisienne. L’entreprise familiale, adossée à l’exploitation laitière, se positionne sur le haut de gamme avec huit références de yaourts nature, aromatisés ou brassés aux fruits et nourrit actuellement d’autres projets innovants de développement

LA SOCIÉTÉ OLMIX

Créée en 1995, le groupe Olmix (209 salariés dont 79 en France) s’est spécialisée dans les oligo-éléments et l’hygiène animale et s’est très vite positionnée sur les marchés export : Amérique du nord, Asie et Europe où elle développe depuis 2004 son bureau de Russie. la société de Bréhan a recruté, avec l’appui de la Région, un Volontaire à l’International en Entreprise (VIE) pour renforcer, sur place, la gestion administrative et commerciale du groupe.

Source site Région Bretagne

Fusion des Normandie : les 2 Régions avancent

Lors de leurs séances plénières régionales respectives, Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie et Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie ont fait l’état des lieux des travaux en cours pour préparer la fusion au 1er janvier 2016.
« Même si la loi n’est pas encore votée, nous sommes d’ores et déjà dans la préparation de la fusion des deux Normandie. Le travail technique est déjà en cours, les choses se mettent bien en place. La Normandie doit se faire pour les Normands, elle doit se faire avec eux » commentent Laurent Beauvais et Nicolas Mayer-Rossignol.
Compte tenu du calendrier, les services régionaux haut et bas-normands travaillent déjà ensemble à l’harmonisation comptable afin de permettre l’adoption, début 2016, du premier budget normand.
Un site internet mutualisé à l’échelle normande va être mis en ligne prochainement pour permettre à tout un chacun de contribuer au débat.
Les réunions publiques qui ont été organisées ou vont être organisées prochainement, seront consacrées à l’avenir de notre Région, à la réforme territoriale, à la fusion des Normandie. Ces réunions sont l’occasion d’une large concertation.

Source site Région Basse Normandie

Angoulême et le Crédit Mutuel Arkéa signent un partenariat

Angoulême, le 16 octobre 2014 – Le Crédit Mutuel Arkéa annonce la signature d’une convention de partenariat avec la ville d’Angoulême, pour lui permettre de poursuivre le développement d’équipements et d’infrastructures de qualité dans les domaines de l’éducation, du sport, de la culture et de l’espace public. Le partenariat, d’une durée de 12 mois renouvelables, comprend notamment une ligne de trésorerie de 5 M€.

 

Avec cette convention de partenariat, le Crédit Mutuel Arkéa renforce son rôle d’acteur de 1er plan dans les secteurs de la banque, de l’assurance et de la finance au service du développement de ses territoires. Ce partenariat inclut une offre de financement globale portée par deux filiales du groupe :

 

  • Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, filiale dédiée aux marchés des entreprises, des acteurs publics et institutionnels locaux et des promoteurs immobiliers. Arkéa Banque Entreprises & Institutionnels intervient également pour accompagner le développement des entreprises angoumoises à travers son centre d’affaires local ;

 

  • Suravenir, filiale d’assurances de personnes, qui fait de son assurance-vie, distribuée par les caisses du Crédit Mutuel du Sud-Ouest, un levier de financement pour l’économie de la ville. Cette assurance-vie, collectée localement, participe directement à l’amélioration de la vie quotidienne des épargnants qui bénéficient des programmes engagés et des infrastructures développées dans leur ville.

 

Gérard Bayol, Directeur Général Délégué du Crédit Mutuel Arkéa et Président du Directoire d’Arkéa Banque Entreprises & Institutionnels, déclare : « Nous sommes fiers de réaffirmer notre statut de partenaire financier de long terme auprès de la ville d’Angoulême. Avec elle, nous allons poursuivre les grands projets destinés à renforcer son attractivité. Ce partenariat renforce également notre implantation sur un territoire historique où nous accompagnons la vie de la cité en étant présent au quotidien auprès, notamment, des entreprises et des associations locales. »

 

Christian Touzalin, Président du Crédit Mutuel du Sud-Ouest, ajoute : « Cette démarche affirme notre engagement en faveur de l’économie réelle et de la croissance de nos territoires. Aussi, nous sommes fiers de ce financement qui profitera à l’ensemble des habitants de la ville d’Angoulême, et qui illustre la grande synergie qui existe entre les différentes composantes de notre groupe. »

Gironde S&P confirme la note ‘AA’ et perspective négative

S&P confirme la note ‘AA’ du Département de la Gironde et révise la perspective de stable à négative.

Standard & Poor’s confirme les notes de référence à long terme ‘AA’ et à court terme ‘A-1+’ du Département de la Gironde, et révise la perspective de stable à négative.
La révision de la perspective de stable à négative reflète l’action similaire prise sur la notation de la République française ainsi que la probabilité accrue que les performances budgétaires de la Gironde se détériorent plus que prévu dans un contexte où l’accentuation de la réduction des dotations de l’Etat rend plus vulnérable le budget départemental à une évolution défavorable de ses composantes les plus volatiles.
Les notes de la Gironde reflètent le cadre institutionnel « très prévisible et équilibré » des Départements français, la gouvernance et la gestion financières du Département que nous qualifions de fortes tout comme ses performances budgétaires, et sa situation de liquidité. Sont également pris en compte l’économie girondine forte en comparaisons internationales, les faibles engagements hors-bilan du Département ainsi que son endettement consolidé faible.
Toutefois, les notes restent contraintes par la flexibilité budgétaire faible du Département.
La note à long terme du Département est équivalente à sa « qualité de crédit intrinsèque » que nous évaluons à ‘aa’.
Avec un PIB par habitant et un taux de chômage conformes à la moyenne nationale, l’économie girondine est forte en comparaison internationale. Toutefois, les perspectives de croissance demeurent limitées, rendant l’évolution des recettes départementales de plus en plus dépendantes du marché immobilier. Cela traduit une sensibilité relativement forte des finances départementales à l’évolution des composantes les plus volatiles de son budget, notamment les allocations individuelles de solidarité (en particulier le revenu de solidarité active, RSA) et les droits de mutation à titre onéreux (DMTO) sur lesquels le Département n’a que peu de moyens d’action. Ces éléments concourent à ce que nous considérions la flexibilité budgétaire du Département comme faible. En raison de la nature de ses compétences, en particulier l’action sociale, les dépenses de fonctionnement (84,4% des dépenses totales) offrent peu de flexibilité. Par ailleurs, les recettes modifiables (essentiellement la taxe foncière sur les propriétés bâties) représentent certes 19% des recettes de fonctionnement, mais notre scénario central inclut un recours régulier au levier fiscal au cours des prochaines années, obérant dès lors les marges de manœuvre ultérieures du Département en termes de fiscalité. Cette flexibilité budgétaire limitée en recettes et en dépenses est une caractéristique commune aux Départements français ne permettant pas de remédier à ce que nous considérons être une adéquation des recettes et des dépenses structurellement plus faible que pour les autres strates de collectivités locales françaises.

En savoir plus : site http://www.standardandpoors.com/

Paris : S&P confirme la note ‘AA’ et révise la perspective

S&P confirme la note ‘AA’ de la Ville de Paris et révise la perspective de stable à négative suite à l’action équivalente prise sur la République française.

PARIS, le 17 octobre 2014. Standard & Poor’s confirme les notes de référence à long terme ‘AA’ et à court terme ‘A-1+ de la Ville de Paris et révise la perspective de ‘stable’ à ‘négative’. La révision de la perspective de ‘stable’ à ‘négative’ reflète l’action similaire prise sur la notation de la République française le 10 octobre 2014 (voir : « France Outlook Revised To Negative ; ‘AA/A-1+’ Ratings Affirmed »).
Standard & Poor’s confirme également la note ‘AA’ du programme EMTN d’un plafond de 4 milliards d’euros et la note ‘A-1+’ du programme de billets de trésorerie d’un plafond de 800 millions d’euros.
Conformément à notre méthodologie, nous considérons que la Ville de Paris ne remplit pas les critères lui permettant d’être notée au-dessus de l’Etat, et la note de référence à long terme de l’Etat constitue dès lors un plafond pour celle de la Ville. Nous estimons en particulier que l’autonomie financière des collectivités locales françaises – dont la Ville de Paris – est limitée par le poids dans leurs recettes des dotations de l’Etat et des parts de recettes fiscales nationales reversées par l’Etat, et également par le fait que les impôts locaux sont collectés par l’Etat. Par ailleurs, la trésorerie excédentaire des collectivités locales françaises est obligatoirement déposée auprès du Trésor.
Les notes de la Ville de Paris reflètent le cadre institutionnel « très prévisible et équilibré » des villes et des départements français, ainsi que la gouvernance et la gestion financières « fortes » de la Ville, sa situation de liquidité « exceptionnelle », une flexibilité budgétaire « forte » et des engagements hors-bilan « faibles ». Elles tiennent également compte de l’économie parisienne « très forte » dans un contexte international, le PIB par habitant étant estimé à 85 100 euros en 2011 (source : Eurostat, 2014). Paris est le centre économique, administratif et financier de la France, et bénéficie d’un tissu économique diversifié et d’un niveau d’infrastructures très élevé.
Toutefois, les notes sont contraintes par des performances budgétaires « moyennes », qui se dégraderaient structurellement dans notre scénario central dans un contexte de fortes pressions budgétaires exogènes, et par un endettement « modéré », qui devrait toutefois croître d’ici à 2016.

En savoir plus : site http://www.standardandpoors.com/

véritable reconquête urbaine et commerciale, Frey retenu

FreyODE – Acte 1: FREY retenu sur l’une des plus grandes opérations de renouvellement urbain

-L’AGGLOMÉRATION DE MONTPELLIER CONFIE A FREY L’UN DES PLUS GRANDS PROJETS DE RECONQUETE URBAINE ET COMMERCIALE FRANÇAIS

Au terme d’un concours qui aura duré 2 ans, Montpellier Agglomération choisit FREY pour réaliser l’Acte 1 du projet ODE A LA MER, l’une des plus grandes opérations de renouvellement urbain et commercial jamais lancées en France pour une zone commerciale d’entrée de ville.

Après le réaménagement en 2013 de l’Aire des Moissons à Troyes et celui à venir de la zone commerciale de Strasbourg–Vendenheim, cette décision témoigne de la confiance portée dans la foncière pour réaliser ce type de projets complexes.

L’innovation au cœur de l’urbanisme

Intégré à la démarche EcoCité, le projet comporte des innovations urbaines qui assurent la pluralité des fonctions de ce nouveau «morceau de ville».

Respectueux du tissu économique local

ODE Acte 1 renouvelle les formes de distribution tout en garantissant la pérennité des commerces existants dans le périmètre d’aménagement. La grande majorité des surfaces commerciales sera consacrée au transfert des enseignes voisines, qui pourront exprimer leurs concepts dans un environnement bien plus qualitatif tout en conservant des loyers attractifs.

>Source : www.frey.fr

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Googles
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Excellence énergétique : Habitat 76 inaugure un ensemble immobilier

HABITAT-76Le 6 octobre dernier, habitat 76 a organisé l’inauguration des résidences Seine Avenue et Emma Bovary en présence de Didier MARIE – Sénateur de la Seine Maritime, Président d’habitat 76, de Valérie FOURNEYRON – Députée de la 1ère  circonscription de la Seine-Maritime, de Frédéric SANCHEZ – Président de la Métropole Rouen Normandie, de Christine RAMBAUD, Conseillère Générale, Vice-Présidente du Département et Vice Président d’habitat 76 et Yvon ROBERT Maire de Rouen.

Au cœur du centre ville de Rouen, aux abords directs de la Seine, l’ensemble immobilier s’intègre dans un projet qui illustre la stratégie d’habitat 76 en matière de construction neuve, conjuguant excellence énergétique, mixité sociale et situation urbaine en cohérence avec la demande locative.

Les 186 logements basse consommation, ainsi inaugurés, se déclinent en 50 appartements locatifs sociaux et 136 logements étudiants gérés par le CROUS. Ils se juxtaposent aux 50 appartements en accession à la propriété proposés par le promoteur.

> Communiqué de presse

>Source : www.habitat76.fr

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 864 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :